[Roadtrip au Cap Nord] On my way back home

[Roadtrip au Cap Nord] On my way back home

02/08/2018 0 Par Pierre-Emmanuel BOURGOUIN

Résumé des épisodes précédents

Et oui… Toutes les bonnes choses ont une fin… Même ce Roadtrip au Cap Nord ? !

Dans la mesure où, à l’aller, je suis passé par la côté suédoise pour longer la Baltique, avant d’arriver au Cap Nord, puis de prendre le temps de revenir par la côté Norvégienne, via les Lofoten, la route de l’Atlantique, la route des Fjords, et enfin Bergen, la Capitale des Fjords, on peut dire que la boucle est sur le point d’être bouclée.

Mais on n’y est pas encore !

Il me reste globalement 3 étapes, dont une seule qui vaille la peine d’être racontée…

  • La première, c’est la route vers Larvik. Un itinéraire de 567 km qui te donne un aperçu de tout ce que la Norvège a de mieux à t’offrir ! Je t’en reparle juste après ! 
  • La seconde, c’est le ferry jusqu’à Hirtshals, au Danemark, et là, bah… objectivement… il n’y a pas grand chose à raconter en fait ! 
  • La troisième, c’est la jonction jusqu’à Paris… et là… bah… Il n’y a pas grand chose non plus à raconter. Ah si ! Une chose : 1.400 km, c’est toujours aussi long… Bon il y en avait 570 en Allemagne, et là, bah, relis ce billet et imagine le même chemin ou presque mais dans l’autre sens 🙂 

Une mini route des fjords…

Allez on y va !  Donc, quand tu quittes Bergen, tu t’engouffres dans les Fjords, qui, à cette saison (donc au mois de Juillet 2018 pour mémoire) étaient d’un vert resplendissant sous un grand beau temps ! J’avais limite chaud, et il a fait d’ailleurs jusqu’à 30°C pendant les 50 premiers kilomètres. 

Alors tu peux prendre la E16 qui te fait remonter directement vers Vossevangen. Moi j’ai préféré piquer un peu plus au sud pour justement profiter des Fjords, et j’ai pris la FV7 pour aller vers Steinsdalsfossen. Après, j’ai continué à tirer vers l’est en roulant sur la route 7 vers Hol…

Et là, d’un seul coup ou presque, tu changes de paysage ! (Bon, c’est pas non plus comme si c’était un interrupteur mais c’était pour théâtraliser un peu le récit…). En tout cas, si tu veux te faire une idée, je t’ai préparé une petite vidéo d’1m20s pour que tu t’en rendes mieux compte 🙂

L’année prochaine, je skie au mois de juillet !

Ça ne t’aura pas échappé, on a bien les références qu’on veut après tout… ?

Allez, c’est pas tout à fait le cas, mais pas loin !

En fait, j’aurais peut-être pu appeler cette route la “Route du Ski” 🙂 

Je passe grosso modo a proximité de toutes les stations de ski sympa de la partie Sud de la Norvège. Ce n’est jamais très haut, mais c’est toujours très beau ! Pour l’anecdote quand même, je serai monté, au plus haut, à…… 1.252 m d’altitude ! Mais les routes sont équipées comme si on était dans les Hautes Alpes ! Avec notamment des guides de déneigement qui font bien 2m à 2,5m de haut chacun sur presque toute la route située entre Voss et Sokna. Dit autrement, quand ça tombe là-bas, ça ne rigole pas ! 

En prenant de l’essence dans une station en chemin, le pompiste m’expliquait qu’il était courant que la route soit totalement bloquée en hiver du fait des chutes de neige qui sont ultra violentes, et que de son côté, il avait en permanence 15 jours de vivres devant lui ! 

Vøringsfossen
Vøringsfossen

La stricte discipline Norvégienne…

Forcément, comme tu en as plein les yeux, tu prends le temps de t’arrêter un peu partout pour admirer le paysage… Je me suis même surpris à admirer le paysage depuis une station service (une autre ?).

En même temps, il faut reconnaître qu’en Norvège, tu pourrais presque manger par terre dans les toilettes des stations services tellement c’est propre ! Franchement, c’est hallucinant de voir ça, et je me suis même surpris à croire que cela puisse être faisable chez nous… Total et consorts devraient envoyer des missions là-bas pour voir comment ils font. Bon, la clientèle y est aussi pour quelque chose…

Les Norvégiens sont disciplinés. Très disciplinés. Alors parfois ça peut surprendre… Même énerver… Par exemple, tu es sur une lonnnnngggggguuuuuueeeee route toute droite sans personne ni devant ni derrière, mais non, 70 km/h, c’est 70 km/h ! Mais attention, vitesse GPS, pas compteur… Il faut être précis. En même temps, il parait que leurs amendes sont prohibitives ! Et encore, tu as du bol quand tu n’es pas Norvégien comme cette fille, car ce n’est pas calculé sur tes revenus…

… vs ma discipline approximative sur ce coup

Et donc de fil en aiguille, tu prends un peu de retard sur ton planning, et tu te dis que, maintenant que tu arrives près d’Oslo, tu vas enchainer les 150 derniers kilomètres comme si de rien n’était… Oh… Et puis je le reconnais, pour le coup, j’ai pris la E18, une “grande” route, bien roulante, bien chiante, bien fatigante… Limitée à… 110 km/h ! Au passage, c’est la limitation la plus élevée que j’ai vue depuis le début de mon périple ! En règle général, c’est plutôt 70 la norme… 40 km/h de plus, ça fait proportionnellement plus de 50% de vitesse autorisée en plus ! On se croirait presque en Allemagne du coup non ? 

Sauf que… Tu t’autorises un petit 115… Puis un petit 120… Puis…. Puis… Puis… Puis… Presque puis… Et là, tu vois une voiture grise dans ton rétro qui te suit de loin… Et tu réalises que jamais aucun Norvégien sensé ne te suivrait… Damned… Serait-ce un autre français indiscipliné ??? Nope… Je ralentis… Un peu… Beaucoup… Passionnément…. Comme un fou !!! Bah voilà… C’est juste la police locale qui te suit depuis 20 bornes…

Quitte ou double ?

Il faut reconnaître qu’ils sont super polis même quand ils t’arrêtent !

Le conducteur reste au volant, moteur tournant (on sait jamais hein…) tandis que son collègue descend, avec quand même une main sur son arme ce qui est assez bizarre, et viens vers toi. J’avais tout juste coupé le contact, et je voulais enlever mon casque, mais il m’a demandé de le garder. Il est reparti à sa bagnole avec mes clefs, et mes papiers. Et moi, toujours sur la moto, sans bouger, sans enlever mon casque.

Puis il est revenu… Et m’a demandé si je savais à quelle vitesse je roulais… Evidemment, je ne savais pas ? mais l’instant d’après, je ne sais pas… Comme une intuition… Je me suis dit qu’il fallait mieux ne pas trop déconner sur ce coup… Alors j’ai attendu et je l’ai écouté attentivement. Très attentivement !

Et là… J’ai blêmi… J’ai verdi… J’ai dépéri (ou presque)… Mais… Je suis reparti. Il s’en est fallu de peu pour que je laisse sur place et mon permis et ma moto… Donc tu imagines que j’étais quand même bien allégé du portefeuille malgré tout ! C’est une image évidemment ! Parce qu’en fait, ils doivent être habitués à voir les contrevenants se décomposer sur place. C’est là que le policier t’explique dans un anglais toujours aussi irréprochable, que tu peux payer en plusieurs fois ! Bon et dans les 3 semaines qui suivaient, je recevais l’amende à la maison… Non, y a pas à dire, c’est bien organisé et ça roule leur affaire.

Mais, au final, en repartant, j’avais à coeur d’être un conducteur exemplaire ! 

Un dernier bivouac

Les 3 minutes que j’avais réussi à grappiller en adaptant à ma sauce la limitation de vitesse m’ont au final fait perdre une bonne demi-heure avec cette halte imprévue. Je finis donc ma route au soleil couchant, sans avoir réservé de camping (et là, c’est plus compliqué pour faire du camping sauvage parce que c’est quand même beaucoup plus habité). J’arrive à Larvik, et réussi à négocier une place au Camping Gon, après avoir manifestement tiré du lit le gardien. 

Demain, je prends le ferry vers 6h00, et je rentre. Franchement, c’est un petit coup au moral… Mais je sais déjà que ce roadtrip au Cap Nord, je le referai… En prenant peut être plus de temps (15 jours c’est quand même court…) ; 4-5 jours de plus auraient été parfaits… Mais… Maintenant que j’ai fini de te raconter mes étapes, je vais m’atteler à te faire un bon gros RETEX sur ce voyage, ce qui a été top, ce qui a été moins bien, ce qui aurait pu être évité, ce que je referai, ce que je ne referai pas, etc.

En attendant, il est temps de dormir. Allez… Fais de beaux rêves 😉

La camping de Larvik
Le camping de Larvik

Le parcours

Je ne te remets pas la route jusqu’à Paris, on s’en fiche un peu et puis tu connais non ? Mais si jamais tu as un doute ou si tu veux en savoir plus, jette un oeil ici ou tu peux également m’envoyer un message ici.