[Roadtrip au Cap Nord] Au coeur des fjords…

[Roadtrip au Cap Nord] Au coeur des fjords…

29/07/2018 0 Par Pierre-Emmanuel BOURGOUIN

Résumé des épisodes précédents

Je m’apprête à m’engager sur la route des fjords !

A ce stade de mon voyage, j’ai fait mon check au Cap Nord, traversé les Lofoten, et emprunté la Route de l’Atlantique. Alors objectivment, je ne peux pas m’empêcher de me demander si je vais continuer à être autant impressionné par ce qu’il me reste à découvrir. Franchement, la barre est haute déjà !

En prime, les 5.844 km déjà parcourus jusqu’à présent m’auront moins cassé que je m’y attendais ! Ok, je m’étais un peu préparé, mais quand même…

Allez, j’ai maintenant à peine 500 km de route avant de rejoindre Bergen (437 pour être précis)… Mais il me faudra quand même deux jours pour les faire ! Les fjords et tout et tout… Bref, ça prend un peu de temps de savourer…

Il y a bien de quoi faire un billet juste sur ce sujet ?

La route des fjords

Si la partie nord de la Norvège t’offre des paysages très minéraux, la partie Sud est beaucoup plus végétale. Pour autant, les reliefs y semblent accentués, peut être du fait des changements de vue que tu as à chaque virage. Pendant un instant, tu roules dans la forêt, et au virage d’après, tu débouches sur les hauteurs d’un Fjord duquel tu domines toute la région. Cette route que j’ai d’autorité désignée comme étant la route des Fjords est un régal… Autant pour les yeux que pour les pneus (oui je sais, je suis un grand poète…)

La route des Trolls

Ma première grosse fracture de la rétine commencera avec la route des Trolls. Jé débarquais peu avant d’un de ces fameux ferrys dont la Norvège a le secret, pour rouler tranquillement, et d’un coup d’un seul, tu rentres dans une vallée encaissée dans laquelle le soleil s’amuse à te faire des jeux d’ombres. Autant de clins d’oeil qui te mettent la patate et te laisse ce fameux sourire béat sur le coin des lèvres.

Cette route commence à serpenter dans la forêt au pied de la montagne, et quand tu arrives au bout, tu te prends cette image délirante dans la figure : des virages, des lacets, des courbes sur qui sont juste coupés en deux par une énorme cascade ! Il y a peut être 150 à 200 m de dénivelé positif, ce n’est pas énorme, mais qu’est ce que c’est beau ! 

Bon, petit conseil, évite d’être coincé derrière un bus et dans ce cas pose toi, attends un peu, profites du paysage, respires, et…. vas y après… Ces 5, 10 ou 15 minutes d’attente seront parmi les mieux investies de ton périple ! Et puis, coup de bol, tu pourras te poser au niveau de la cascade pour prendre toutes les photos que tu veux, il y a une petite aire pour cela. Le jour où je suis passé, cette aire servait d’ailleurs à réguler le trafic 🙂 N’aies pas peur, par “trafic” il faut entendre 3 voitures toutes les 5 mn… Mais bon, forcément, ramené à la densité de la population dans le coin ça fait pas mal !

Le Trollstingen café

Et une fois que tu arrives là haut, poses toi au Trollstigen Café, et profite encore, un peu plus, de ce que cette route a à t’offrir… 

Tu sais ce que j’ai fait là haut en regardant le paysage ? Un truc que je n’avais pas fait depuis… je ne sais même pas combien de temps ! J’ai envoyé une carte postale ! Ils ont pensé à tout, tu achètes sur place tout ce qu’il faut, et tu postes directement là bas, comme ça c’est fait. 

Et si tu as quelques minutes encore, va te balader derrière le bâtiment, et engage-toi… Je ne t’en dis pas plus, tu verras sur place 😉

La route de l’aigle

En repartant de Trollstingen, tu continues sur la route 63 vers le sud vers Geiranger. Je ne te fais pas le détail de la soixantaine de kilomètres à parcourir, tu peux mettre 10 plombes à les faire tellement c’est beau. 

Tu reprends un ferry, tu reprends une route enfermée dans une vallée avec de la neige accrochée aux cimes de part et d’autre, tu as toujours ce sourire de débile coincé sur la bouche qui ne te quitte plus. Tu grimpes tranquillement, sans t’en apercevoir, pour quelques centaines de mètres de dénivelé encore…  Une grande courbe roulante sur la droite et…. ça redescend ! Boum ! KO technique ! Le paysage t’explose à nouveau la vision ! Mais comme les Norvégiens commencent à te connaître un peu, ils ont pensé à tout… Même à te faire un petit coin où te garer pour regarder tranquillement ton objectif du moment ! J’ai nommé “La route des aigles” !!! Ou en norvégien dans le texte “Ørnesvingen”. Mais avant, avance toi jusqu’au point de vue… et… ouvre les yeux simplement. Savoures… Tu es là, à 3.000 bornes de chez toi, dans un lieu unique, idyllique par certains côtés même. Je dois reconnaître que le fait d’avoir eu un immense ciel bleu a dû aider à me faire savourer l’instant…

Puis tu redémarres… Tu es presque gêné de troubler le lieu avec ton 4 cylindres… Raison de plus pour partir vite (et… profiter de cette descente de folie assez technique quand tu attaques un peu, alors fais gaffe et n’oublie pas de bien connecter tous tes neurones quand tu t’engages.)

Geiranger Fjord

10 virages plus bas, tu arrives au niveau du Fjord… Et là, c’est l’endroit idéal pour faire deux choses !

  1. manger !
  2. te baigner…

Encore que pour la baignade, il faille être un peu motivé… L’eau était à 17°C ! Autant dire que ça fouette un peu… Jusqu’à ce qu’un Norvégien, te voyant ressortir bleu, te demande si ça va et en profite pour placer délicatement dans la discussion que depuis qu’il vient se baigner ici, l’eau n’avais jamais été aussi chaude qu’aujourd’hui ! Un bref instant tu te prends à imaginer que tu lui sautes à la gorge pour lui faire ravaler sa pique (enfin son javelot là même !), et puis tu te rends compte qu’il est 50 cm plus bas que toi mais qu’il te dépasse déjà de 2 têtes… Donc là tu ravales ta fierté, et tu te barres l’âme en paix, avec la satisfaction de ne pas t’être fait défiguré par Thor en personne !

Dalsnibba Utsiktspunkt, l’OPRNI (objet pour rouler non identifié)

Avec ta fierté dans les valises, tu cherches un palliatif… Et il ne se fait pas attendre ! A la sortie de Geiranger, toujours sur la route 63, ma route des fjords, à nouveau un changement drastique de paysage ! Tu grimpes quelques lacets pour redécouvrir un endroit totalement minéral qui te mène directement vers les glaciers environnants. 

Cette route est à nouveau exceptionnel à tout point de vue ! Elle est ultra roulante, le bitume est parfait, il n’y a pas de piège, à aucun moment, tu y vas en confiance et tu grimpes en faisant frotter les cales pieds dès que tu peux. Et c’est d’autant plus facile qu’à part quelques motos, je n’ai eu personne devant moi ! Puis tu arrives à un lac, et là, une route à ta gauche te fait de l’oeil. Tu sais, ce genre de route que tu n’avais pas prévu, mais en la voyant, tu te dis que ça vaut la peine de tenter le coup. Bon, là c’est un peu romancé, parce qu’en fait, j’ai bien compris après avoir encore lâché 15 balles à la gitoune à l’entrée de la route qu’il devait y avoir un truc sympa là haut… Très haut même ! A 1.500m pour être précis !!!

Cette route fait partie du Top 5 des routes que j’espère garder en mémoire toute une vie ! Si tu as 30 secondes devant toi, la vidéo t’en donnera l’aperçu… 

Et à nouveau une vue horrible pour passer la nuit…

Pas la peine d’en dire plus, tu vas voir par toi-même… Allez, espérons que ça passe vite et à demain pour la suite 😉

Le parcours