[Roadtrip au Cap Nord] Bergen, la capitale des fjords

[Roadtrip au Cap Nord] Bergen, la capitale des fjords

31/07/2018 0 Par Pierre-Emmanuel BOURGOUIN

Résumé des épisodes précédents

Je me dirige maintenant vers Bergen, la capitale des fjords, et je ne me suis toujours pas lassé de la Norvège :-). Si la route à l’aller a été longue pour rejoindre le Cap Nord, depuis que je longe la côte Norvégienne pour revenir à la maison, ce n’est que du bonheur ! Entre les paysages hallucinants des îles Lofoten, cette construction assez irréaliste qu’est la route de l’Atlantique, ou les fjords magiques entre lesquels j’ai eu la chance de serpenter, il n’y a rien à jeter. Aller, deux ou trois gouttes de pluie, et trois ou quatre nuages de trop parfois, mais c’est juste histoire de grogner un peu…

Bergen ou Bryggen

Et ce n’est pas Bergen, la capitale des Fjords, qui y changera quelque chose ! Ce road trip est magique (même si un peu rapide… mais bon, mieux vaut ça que rien après tout… et ça me donnera une excuse pour revenir !). Il faut reconnaître que le contraste est violent ! Même si Bergen n’est qu’une “petite ville” de moins de 300.000 habitants (la seconde après Oslo malgré tout…), je retrouve des traces assez sévères d’une civilisation ici ! D’un côté, ça fait du bien, et je suis ravi d’arriver, car je vais complètement changer de programme. D’un autre côté, je me dis que j’étais vraiment pas mal dans le Nord, à être déconnecté du reste du monde. Au final, c’était juste du bonheur !

On dort où ?

Alors, qu’est-ce qu’on fait à Bergen, quand on vient de passer les 10 derniers jours à camper en pleine nature et à ne jamais croiser plus de 15 personnes en même temps ? Déjà, on se repose un peu, et puis on fait une grosse toilette également !…

Et dans une ville qui vit du tourisme et de la pèche, rien de mieux que de séjourner au Thon Hotel Orion ! Ok, je te l’accorde, c’est bien pourri comme accroche, mais l’hôtel Orion était top ! Juste en face de la vieille forteresse de Bergen qui surveille l’entrée du port, et à deux pas de Bryggen, la fameuse vieille ville et ses maisons colorées.

Il y a pas mal de places libres pour se garer derrière l’hôtel dans une petite rue tranquille. Et bizarrement, mon premier reflex c’est de cadenasser la moto, ce que je n’ai pas fait depuis 10 jours 🙂

Bon, je ne vous fais pas la pub de l’hôtel, franchement, vous pouvez y aller les yeux fermés.

On fait quoi ?

Évidemment, tu fais tout à pieds à Bergen ! Ca fait du bien aux jambes… et pas que ! Tu te laisses porter par le flux assez incessant, pas nécessairement de touristes d’ailleurs… Beaucoup d’étudiants, beaucoup de locaux, profitent de ce que peut leur offrir la ville toute l’année. Après, il faut savoir qu’ils se vantent d’être dans une des villes dans laquelle il pleut le plus au monde ! Et avec environ 200 jours de précipitations par an, je crois qu’ils ne plaisantent pas en disant ça. J’ai globalement eu du bol de ce point de vue là, malgré une ou deux bonnes grosses averses.

La vieille ville de Bryggen

Ceci étant, rien qui aurait pu m’empêcher de visiter la vieille ville ! Ce n’est pas tous les jours que j’ai l’occasion de passer dans une ville classée au patrimoine de l’UNESCO, et je dois reconnaître que c’est assez surprenant. Déjà, toutes ces petites maisons sont… de traviole ! Globalement les façades sont assez préservées, mais derrière, tu sens que le bois joue et qu’il s’amuse dans son coin. D’ailleurs, engouffre toi derrière les maisons ! Tu découvres l’arrière boutique c’est moins fréquenté que les quais. Quand tu reviens côté port, amuse toi à regarder les enseignes… Tu sens que les Norvégiens qui les ont faites avaient besoin d’exprimer un message. 

La pointe de l’aquarium

Si après ce petit bain de foule tu as envie de te remettre un peu au vert, tu peux aller te promener dans le quartier de l’aquarium, planté sur la pointe “Nordness”. Arme toi de tes meilleures cuisses, car si tu fais le grand tour, tu vas avoir un passage un peu dénivelé avec beaucoup d’escaliers, mais là encore, ça vaut le détour.

Tu as le parc, bien entendu, avec son atmosphère toute Norvégienne, mais surtout tu vas avoir un point de vue unique sur le centre de Bergen et la forteresse. Si en prime tu y passes quand il fait beau, et chaud, tu verras des armadas de Norvégiens se jeter à la flotte ! Cette même flotte dans laquelle passe toussssssss les paquebots qui débarquent leurs hordes de passagers, mais qui pour autant, semble relativement clean. En tout cas, ça ne dérange pas les vikings du coin.

Tu es plutôt du genre “loft industriel” ou “chalet de montagne” ?

Au retour, si tu es motivé, tu peux aller également faire un tour dans le quartier résidentiel de Vagsbunnen. Un quartier plein de petites maisons en bois (oui ils adorent le bois ici), mais plus modernes et peut être un peu moins colorées que le quartier de Bryggen. Pour autant, tu peux assez vite avoir envie de poser tes valises ici. Tu sens que tu y serais juste… bien. Bon en tout cas moi l’idée m’a traversée l’esprit. 

Et si jamais tu es plus attiré par le côté industriel des bâtiments, l’esprit loft new gen, qu’à cela ne tienne ! Tu n’as que quelques pas à faire pour rejoindre le quartier de Sydnes. Tu te demandes en passant devant ces entrepôts tagués s’ils sont habités ou désaffectés, classes ou poussiéreux, mais ici encore, tu passes tranquillement, dans une ambiance toujours orageuse, mais jamais désagréable.

En gros, je dirais que tu retrouves à Bergen certains côtés de Berlin ou de Londres, les paysages en plus.

Et justement ! Les paysages, c’est le prochaine étape… 

Les collines

Parce que comme tu le sais, Bergen est ceinturé de collines. 7 a priori en tout. Je t’avouerais que je n’ai pas recompté. Ce que je sais, c’est qu’en revanche, plusieurs sont très facilement accessibles depuis le centre ville même ! 

Le mont Floyen

Tu accèdes à la première, en prenant un funiculaire, dont le départ est situé à 100m du port à peine. Le Fløibanen Funicular t’emmène en haut du Mont Floyen, à… 320m d’altitude quand même,  en une petite dizaine de minutes. En haut tu as la possibilité de casser la croute ou de prendre un restau tout en surplombant Bergen avec une vue panoramique dantesque. Il faut qu’il ne pleuve pas trop et que les nuages ne soient pas trop bas, mais c’est sympa à voir. 

Après tu peux te promener tranquillement dans les bois derrière, et t’enfoncer assez loin d’ailleurs dans les hauteurs. Si tu te débrouilles bien, tu peux faire le tour des lacs, y naviguer en canoë et même aller jusqu’au refuge de Brushytten. Fais juste gaffe au temps, et n’hésite pas à partir avec une petite doudoune dans ton sac si tu peux. La différence de climat entre le plateau des vaches et là-haut est assez folle !

Le mont Ulriken

Après la petite mise en bouche du mont Floyen, il ne te reste plus qu’à faire l’ascension du mont Ulriken. Allez, leur site web c’est : https://ulriken643.no/en/ . Et là, tu n’as pas manqué cet indice incroyable ! Ulriken…. 643…. 

C’est quand même étrange, ces lettres que laisse le tueur. O, D, I et maintenant L. ODIL qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? Lido ? Ça serait une danseuse ?

Mais oui tu as trouvé ! 643 mètres d’altitude ! Deux fois plus haut (ou presque) que le Floyen ! L’Everest de Bergen !!! Et tu y accèdes par le sentier si tu es courageux et motivé, ou… en téléphérique le cas échéant. Et là tu as vraiment l’impression d’être à la montagne ! Il ne manque plus que Jean-Claude et le tableau est complet. Bon, pour la logistique, j’y étais à moto, mais tu peux facilement y aller avec les bus locaux ou les navettes.

Et pourquoi grimper là haut ? Bah déjà… Pour la vue ! Là tu embrasses Bergen et sa région et c’est un véritable 360° ! Mais ensuite, tu peux également partir faire des randonnées dans les hauteurs, voir même dormir dans le coin si tu respectes les règles locales, et notamment… De ne pas planter ta tente dans la zone protégée. 

Ah ! Et si tu es super motivé, tu as même un petit parcours commando pour te dégourdir les jambes avec tes gamins ou ta moitié. De quoi bien se marrer. Oui je sais, on régresse vite quand on part en roadtrip… 

Fais juste gaffe au vent là haut, parce que ça souffle fort, même s’il n’y a pas un courant d’air en bas. Et si la vue ne te plait pas tant que ça (ce qui risque fort peu d’arriver, soyons clairs), tu peux toujours filer au Soldstrand…

Le Solstrand

Le Solstrand, c’est la parenthèse enchantée civilisée de mon roadtrip. Un lieu unique, une atmosphère unique, un contexte unique. A 30 km du centre ville, tu as de nouveau le sentiment de plonger dans ce que la Norvège a de plus sauvage à t’offrir. Le Solstrand, c’est un peu le Kempinsky version chic. Alors ok, tu peux croiser un certain nombre de…. personnes un peu plus âgées… mais franchement, on s’en fout ! 

Pour plein de raisons, cette halte au Solstrand m’aura autant marqué que les autres grandes étapes de ce roadtrip. Voilà, en fait, j’aurai en mémoire le Cap Nord, les Lofoten, la Route de l’Atlantique, les Fjords, et le Solstrand ! 

Je te laisse savourer en images, te gorger de ces derniers moments, parce que demain, il faut rentrer. 

Le parcours