Le mini guide : quel matos pour un roadtrip moto de 4 jours en autonomie sur le TET

Le mini guide : quel matos pour un roadtrip moto de 4 jours en autonomie sur le TET

14/05/2024 0 Par Pierre-Emmanuel BOURGOUIN

Ah… Toujours la même question qui revient sur les forums et groupes FB dédiés au TET… “Et toi, qu’est-ce que tu prends quand tu pars en roadtrip moto sur le TET ?”… Entre les minimalistes et les dressing addicts, je te livre la liste de tout ce que j’ai pris pour mon roadtrip de 4 jours en autonomie sur le TET en Corse !

Disclaimer : c’est mon setup… Celui qui me va bien, aujourd’hui, en fonction de ce que je veux faire, et de ce que je sais faire… Loin d’être universel donc… Mais, tu peux évidemment t’en inspirer au besoin pour tes roadtrips en France ou en Navarre 🙂 

La bagagerie, team valises rigides ou sacoches souples ?

Histoire de se mettre en bouche, il y a l’éternel débat sur la bagagerie…

Est-ce qu’il vaut mieux des valises rigides ou souples ? Des sacoches cavalières ou un sac de selle ? Etc.

J’ai pas de réponse toute faite, mais quand j’ai acheté ma 1290, j’avais pris des valises rigides. Ca me semblait plus pratique pour les roadtrips moto sur les routes bitumées… Et objectivement, c’est pas un mauvais choix.

En revanche, en Islande ou au Maroc, j’avais pris un gros sac de selle de 70l… Pratique, mais encombrant ! Surtout que le poids est alors très en hauteur, ce qui n’est pas très adapté aux roadtrips moto orientés off-road. Bon, et puis je l’ai installé une fois sur la 701. C’était pour aller au rasso de l’hivernale de Millevaches l’an dernier. Mais manque de bol, je l’ai cramé sur le pot !

Du coup, j’ai finalement opté pour des sacoches cavalières souples de chez Rhinowalk de 14l chacune. Ca fait 28l au total (un peu plus en vrai je pense…), ce qui est un bon compromis pour un roadtrip moto assez court. L’avantage de ces sacoches, outre le prix (150 balles !), c’est que le poids est réparti sur les côtés. En les chargeant intelligemment, tu peux mettre les trucs les plus lourds bien au fond. Elles sont étanches, évidemment, et si jamais tu les abimes, elles sont assez faciles à réparer en vitesse.

En complément, je prends également un petit sac de selle de 30l en plus que je sangle sur le porte paquet. C’est pratique, ça s’enlève aussi facilement que ça se fixe, et ça dépanne bien au besoin… 

Je prends aussi une petite sacoche molle que j’ai posée sur le guidon, pour y mettre du petit bazar.

Et évidemment, j’ai mon sac à dos Kriega R20 de… 20l comme son nom l’indique 🙂  

Cerise sur le gateau, j’ai troqué le réservoir additionnel Rade Garage par la boîte à outil, car il y a objectivement très peu de chance que j’ai besoin de 6l d’essence en plus en France. En revanche, c’est pratique pour gagner de la place…

Dans les bagages, team minimaliste ou tu emportes le dressing ?

Maintenant qu’on a le contenant, parlons contenu !

Et histoire de te mettre à l’aise, je crois que je cherche toujours et encore à l’optimiser, aussi bien dans sa constitution que dans sa répartition.

En revanche, j’ai pris une habitude, c’est de tout mettre dans des sacs étanches lights achetés sur Ali, mais qui ajoutent une couche de protection au cas où… Ca ne pèse rien, ça ne coute pas grand chose, mais ça peut t’éviter de dormir dans un duvet trempé… Pas négligeable comme avantage… 

Allez, passons aux choses sérieuses, et voilà en détail comment je m’étais organisé pour mon Roadtrip en Corse :

Dans la boite de rangement Rade Garage

Qui dit roadtrip moto dit… Bricolage !

Alors commençons par tout l’outillage, que je mets dans la box Rade Garage, avec les pièces de rechange le cas échéant, soit :

  • 2 chambres à air (18′ et 21′) normales. L’idée c’est juste de pouvoir réparer si besoin, repartir, et mettre de l’UHD dès que j’en aurais trouvé une.
  • 1 pompe à vélo petit format achetée chez Décathlon. Elle fait 20cm de long repliée, et se range super facilement. Avant, je prenais un compresseur à brancher sur l’allume cigare, mais ça prend beaucoup de place pour pas grand chose.
  • un tube de pate epoxy bi composant. Je n’ai jamais eu à m’en servir, mais elle aura déjà permis de réparer un carter qui avait pris une caillasse et de repartir. Attention à bien prendre une pate qui résiste aux hautes températures… Et à séchage rapide… 
  • 30m de para-corde, ça ne prend pas du tout de place et c’est ultra résistant (par exemple si je dois trouver un moyen de faire un treuil de fortune) et 2 mousquetons pour faire des renvois si nécessaire.
  • une paire de gants de travail, histoire de ne pas trop se crader les mains si je dois bricoler
  • un chiffon microfibres, qui est toujours utile
  • mon leatherman Surge avec le set d’embouts et le ratchet driver 
  • la boîte Facom Nano qui est super bien foutue même si un peu chère, mais c’est un bon investissement.
  • quelques clefs plates adaptées à ma meule,
  • et évidemment, les clefs pour démonter les roues et changer les pneus… 

Dans les sacoches latérales

Maintenant, qui dit roadtrip moto en autonomie, dit… Camping !

Et force est de constater que tout le matos de camping trouve assez logiquement sa place dans les sacoches latérales 🙂

Voilà tout ce que j’y case :

En outre, j’y mets également :

  • quelques provisions (barres de céréales, plats lyophilisés, et autres petits trucs à grignoter),
  • ma trousse de secours,
  • mon antivol,
  • une sangle de remorquage (histoire de sangler la meule sur le ferry ou sur un tracteur 🙂 ),
  • un maillot de bain avec une serviette,
  • et tout le petit bazar dont je n’ai pas forcément besoin dans l’immédiat…

Dans le sac de selle

Soyons clair, c’est pas parce qu’on part en roadtrip moto qu’on doit être crade.

Alors là c’est très simple, ce sont toutes les affaires que je suis amené à porter ou qui me servent quand je me pose le soir.

J’y ai donc casé :

  • Ma trousse de toilette version light (savon liquide, brosse à dent & dentifrice, déo, coupe ongle et pince),
  • Une paire de tennis (de vieilles Stan Smith qui prennent un peu trop de place, mais tu peux trouver des pompes qui prennent moins de place),
  • Mes affaires de rechange, à savoir :
    • 2 paires de chaussettes,
    • 2 caleçons,
    • 2 T-shirt,
    • 1 polaire,
    • 1 pantalon convertible,
    • 1 T-shirt manche longue en Mérinos .

Si tu te poses la question, non, je porte pas les mêmes fringues plusieurs jours de suite, un petit lavage au savon liquide le soir et c’est sec le matin ! 😉 

Et pour éviter que tout ça ne traine misérablement par terre ou pire, sur le pot d’échappement, j’y case également les piquets de tente. C’est plutôt pratique, car ça permet de rigidifier l’ensemble, et je ficelle tout ça dans un filet arraignée arrimé au porte paquet avec des sangles Rock Straps. Là aussi, c’est un petit investissement, mais c’est top pour le off-road et ça t’évite, contrairement aux sangles non extensibles, de faire péter les attaches rapides à la moindre bosse. 

Comme tu le vois, le sac est loin d’être blindé, et c’est l’objectif, parce que comme ça, tu peux aussi y caser ce que tu prends en chemin (bouteille de flotte, de quoi manger, souvenirs, etc.). Et je pense qu’à l’avenir, je prendrai plutôt un sac de selle chez Rhinowalk qui aura le mérite d’être étanche… 

Dans la sacoche molle sur le guidon

Bon, là, c’est vraiment un petit luxe, mais loin d’être négligeable.

Comme je pars en mode “enduro”, j’ai très peu de place dans les poches… J’en ai eu un peu ras le bol de devoir à chaque fois enlever le sac à dos, les sangles, les trucs, les machins, etc. pour accéder à ma carte ou à ma powerbank…

Du coup, il me fallait une petite place pour y caser, tout ça, et cette petite sacoche fait merveilleusement bien le boulot ! 

Ah… Et… Oui, j’ai fait mon radin sur ce coup… Ca m’a couté 3€ je pense, et c’est largement suffisant pour l’usage ! Pas la peine de mettre 100 balles dans une Enduristan vu mon usage…

Dans le sac à dos

Et pour finir, le sac à dos ! Là dedans, c’est mon matos photo, et le camel bag ! Alors oui, tu peux penser que c’est un peu risqué de mettre les deux ensembles, et t’as pas tort.

Du coup, je protège l’appareil dans une housse rembourrée qui va elle même dans une petite sacoche étanche au cas où.

L’idée c’est de le protéger au mieux… Et d’agir rapidement si besoin.

Pour le camel bag, j’ai pris celui de Kriega d’un peu plus de 3l. Je ne le remplis pas forcément à fond, au contraire, mais j’ai toujours un fond. Et dès que je fais un break ou que je prends de l’essence, je refais le plein…

Et sur le pilote, GT, Touring, enduro ou cross ?

Bon bah, maintenant que le plus gros est passé, on va s’attaquer au bonhomme 🙂

Et oui, là aussi, il y a une vraie réflexion… Et je blague à moitié… Du coup, on va y aller de bas en haut.

Des pieds…

Evidemment, on commence par les bottes ! Perso, j’utilise aujourd’hui les Sidi Adventure 2 qui présentent l’avantage d’être en gore tex, relativement bien protégées, mais pas aussi rigides que des pures enduro/cross. Du coup, tu peux quand même marcher un peu sans ressembler à un astronaute.

Ensuite, je mets des jambières Acerbis sous un pantalon enduro Thor avec de grandes fermetures éclair pour aérer si besoin. Les jambières m’ont sauvé les genoux plus d’une fois !

Et franchement, je me dis que j’ai eu du bol de ne pas me crouter plus quand je portais juste un pantalon avec protections de genoux intégrées, qui n’auraient rien protégé du tout…

…à la tête…

Sur le torse, j’ai investi dans un Airbag Klim Rally depuis mon crash au Hellas Rally. Alors, il protège très bien le poitrail et le dos, mais pas du tout les épaules et les coudes. Je n’ai pas opté pour un modèle “Dakar” car l’avantage du Klim c’est que tu peux aussi le porter tous les jours. Mais du coup, j’ai également acheté un gilet de protection Acerbis duquel j’ai enlevé les protections pectorales et dorsales.  Et on emballe tout ça d’un Jersey Deus Custom pour le plaisir 🙂

Je te passe les gants, là, tu prends ce avec quoi tu es à l’aise… Mais hésite pas à prendre des gants un peu protégés quand même, pas des gants de cross…

Pour le casque, j’utilise toujours mon LS2 Xtra Carbon ! Il est tellement léger, que c’est un grand bonheur à porter toute la journée. Et je mets un masque Shot Assault 2.0 qui présente l’avantage de ne pas couter trop cher, ni à l’achat, ni quand tu dois changer l’écran…

Et voilà ! Tu sais tout ! Et au cas où, je t’ai tout mis dans une feuille Google Sheet que tu peux télécharger ici, c’est cadeau

Hésite pas à me dire en commentaire si tu as des setups différents 🙂 


En savoir plus sur carrant.org

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.