Ma première hivernale moto à Millevaches !

Ma première hivernale moto à Millevaches !

12/12/2022 8 Par Pierre-Emmanuel BOURGOUIN

Tu connais l’hivernale moto de Millevaches ? Non ?! Les hivernales, ça te dit quelque chose ? Non plus ?! Et ben alors on va reprendre depuis le début.

Dans l’univers motard, tu as plein de petits cailloux blancs qui jalonnent ton apprentissage ! La piste, les rallyes, les gymkhana, etc. Ce qui est sympa, c’est que tu peux les prendre dans n’importe quel sens, ça n’enlève rien au plaisir du prochain.

Bon et donc, parmi tous ces cailloux, il y en a un, un peu chelou : c’est celui des hivernales… Quel intérêt à aller se cailler à moto pour se rouler dans la neige, voir pire, dans la boue ?! Et ben là, à chaud, dans mon canap, j’ai pas de réponse.

Du coup, dans le doute, je me suis inscrit à l’hivernale moto de Millevaches les 10 et 11 décembre 2022 ! Pourquoi l’hivernale de Millevaches ? Parce que c’est peut être la plus connue, en France en tout cas… 

Alors, bonne idée ou pas ?

Et bien.. Je te laisse lire la suite 🤓

Une hivernale à Millevaches, à quoi ça sert ???

Franchement, je dirais… A rien dans l’absolu ! Mais du coup, c’est comme tout ce qui ne sert à rien dans l’absolu, ça devient nécessaire 😇

Plus sérieusement, il faut peut être décomposer la question, en se demandant l’utilité d’un rassemblement motard, et ensuite, l’utilité de faire ça en hiver, dans un coin réputé pour son froid persistant…

Alors, pour la première question, je dirais que c’est surtout le plaisir de la rencontre entre passionnés et d’un bon moment entre potes. Tomber sur des types qui auront forcément des expériences délirantes et échanger avec eux… Se marrer en se racontant nos plus belles gamelles, nos meilleures galères, nos pires trips… Ouais je sais… Si tu n’es pas passionné, tu te dis qu’il faut être barré… C’est pas faux, mais du coup c’est bien pour ça que je t’ai parlé, avant tout, du plaisir de la rencontre ENTRE PASSIONNES. 🥰

Ensuite, pourquoi faire ça en hiver ? Et bien… Qu’est ce que j’ai dit juste avant ? “Nos pires trips, nos meilleures galères”… Quelle meilleure galère et pire trip que d’être tanké dans la neige avec une meule pas faite pour ça ? Oui parce que… Tu as des gars qui y vont en sportive quand même ! Voilà, t’as tout compris.

Allez, pour te mettre dans l’ambiance, un petit reportage d’époque 🤓:

Tu vois, l’hivernale de Millevaches, c’est une philosophie de vie en fait. 😇

Ok, mais concrètement, comment on fait ?

Déjà, tu t’inscris…

Hivernale moto millevachesBah là c’est très simple ! 

Tu vas sur le site du Moto Club Meymacois, et sur leur page d’accueil, tu trouves le lien pour “s’inscrire”. Là tu as trois infos à remplir, tu paies 15€, tu valides, et ça y est !

Le tour est joué, tu es inscrit ! 

Alors pour 15€ tu as quoi concrètement ? Essentiellement l’accès au champ (oui oui tu as bien lu), et l’accès en illimité au bois coupé pour te chauffer sur place (oui oui oui, tu as bien lu)… 

Tu vérifies ta boîte mail, et tu enregistres le billet quelque part ou tu l’imprimes, parce que tu en auras besoin au pointage. 

Ensuite, tu te prépares un peu…

Je vais pas te mentir, une hivernale à Millevaches, ça doit se préparer un peu en effet. Mais bon, pas trop le temps de m’en préoccuper donc du coup je pars à l’arrache en faisant les fonds de tiroirs.

Voilà, si ça peut t’aider, je t’ai fait un petit fichier qui récapitule tout ce que j’ai embarqué pour cette hivernale. 

Et puis… Tu traces ta route !

Pour être tout à fait franc, cette hivernale de Millevaches a été une bonne excuse pour que je me paye une petite balade solo en passant par une ancienne trace du TET. Voilà l’itinéraire que j’ai suivi…

La seule chose, c’est que j’ai eu tellement froid pendant la nuit, que, au retour, j’ai zappé les chemins, pour ne prendre que les petites routes, et même ça, c’était pas forcément la meilleure idée, mais je t’explique pourquoi juste après…

Et cette édition 2022 alors ?

De façon très très résumée… Ca a été un peu comme le road-trip au Maroc !

Je suis parti à l’arrache le samedi matin à 8h15 alors que je pensais partir la veille à 16h… Au programme, 560 km avant d’arriver sur le plateau de Millevaches ! Et encore… C’était 560 km pour aller jusqu’à Meymac, et 15 de plus pour revenir sur mes pas pour aller au bivouac. Et je peux t’assurer que 15 bornes de plus ou de moins, c’est beaucoup quand il fait -5°C 🤪 Ensuite, petite nuit sur le plateau entre Samedi et Dimanche, puis retour prévu par les Volcans d’Auvergne le lendemain, par… -10°C ! 

Il est passé par ici…

Du coup, de la nationale jusqu’à Orléans, de la départementale jusqu’à Salbris, puis des alternances de petites routes et de chemins jusqu’à Meymac !

En gros, sans intérêt jusqu’à Montluçon, à part d’aller aussi vite si ce n’est plus sur les chemins que sur la route.

A partir de Montluçon, la trace est assez sympa, avec des gués, et des portions de single track plus ou moins technique. Il y avait quelques passages pas du tout entretenu qui m’ont donné un peu de fil à retordre, notamment en avançant dans des ornières bien profondes et bien boueuses tout en étant envahies de branches qui te fouettent le visage quand tu passes ! Mais globalement, assez sympa !

Je suis arrivé à la Salle des fêtes de Meymac à 17h30, soit 11 heures quand même dans les roues ! 

Il a dormi là…

A la salle des fêtes de Meymac, c’est l’enregistrement. Tu montres ton billet, un bénévole scanne le QR code, et tu suis les barrières. 

Première étape, récupérer tes goodies ! Pas grand chose, mais c’est pour le principe : un autocollant, une broche de l’édition pour montrer que tu l’as fait, un sous boc, et un jeton pour une conso sur place au bivouac. Tu peux aussi en profiter pour flâner à la boutique souvenir et ramener des pins, des foulards, des drapeaux, des peluches (de vaches évidemment), etc.

Là, tu repars sur tes pas, direction le bivouac. Bah oui, Meymac, c’est presque en plaine à 800m d’altitude… Non, faut grimper pour être un pur un dur ! Le bivouac de l’hivernale de Millevaches, il est à 900 et quelques mètres d’altitude lui ! 

Se trouver une bonne petite place… Au chaud…

L’avantage, quand tu arrives tard le samedi, c’est qu’il n’y a pas trop d’embouteillages pour monter. L’inconvénient, c’est que les bonnes places pour poser la tente ont été prises ! 

Comme j’étais seul, je me suis arrêté au premier feu que j’ai vu sur le côté, près du Barnum dans lequel il y avait le bar.

J’ai rencontré Jeremy, qui était avec toute une bande de potes, habitués aux hivernales, et qui m’ont accueilli les bras ouverts ! 

Du coup, je monte ma tente à côté de la leur, coincé entre une aprilia RS660 chaussée en Anakee Wild et une Yamaha Tenere 1200. J’étais pas trop loin du feu, mais je prenais toute la fumée, donc j’aime autant te dire que là, c’est senteur feu de forêt dans mon paquetage pour quelque temps 🤯

Et partager une put..n de bonne soirée avec des inconnus !

Et oui… Voilà toute l’essence d’une hivernale ! Partager un bon moment avec tes potes (c’était leur cas avec Dylan, Adrien, et tous les autres) ou des inconnus, comme dans mon cas !

Je suis arrivé à Millevaches comme un bleu (je m’arrête là mais tu connais la suite), mais ils m’ont accueilli les bras ouverts ! J’ai partagé un bon morceau de barbac cuite au feu de bois, un petit verre de rouge, même un petit cigare, et… direction le bar dans la foulée ! 

Là je retrouve Thierry, que j’ai rencontré sur le forum Terre & Bitume, avec 4 de ses potes, et on a parlé un petit moment de l’Islande ! Que de bons souvenirs, et surtout, c’est con, mais c’est sympa de partager ça autrement que par le web ☺️ 

Je me refais alpaguer par la bande (désolé du coup Thierry, mais tu as mon tél et si jamais t’as besoin, t’hésite pas surtout ✌🏻), et on retourne auprès du feu avec tout ce qu’il faut pour se réchauffer (oui… t’as bien compris… l’eau n’est pas la principale boisson du weekend…) ! A chaque fois que quelqu’un passe à proximité, on a droit à un petit verre de quelque chose, une petite rasade, une buche pour alimenter le foyer, et… des histoires de moto…

A 1h du mat, tout le monde au lit ! Et là… J’ai passé la nuit la plus froide de ma vie je crois ! Il a fait jusqu’à -14°C pendant la nuit ! Du givre dans la tente et sur le duvet… Le camel bag a gelé… Sous la tente ! Tout comme mes bottes, que je n’ai pas pu remettre le matin ! Je les ai fouttues dans le feu pour qu’elles ramollissent un peu ! Mais bon, à 7h30, j’émerge comme un charme, transi de froid, mais content ! 

Il repassera là bas…

Du coup, dimanche matin, tout le camp s’éveille relativement tôt ! Il faut dire qu’il y en a qui ont de la route à faire ! Entre des Belges, des Italiens, des Suisses, et même un Danois, il y a du monde qui vient de partout. 

Et à 9h30, je reprends la route pour… le pire trajet que j’ai jamais eu à faire ! Je pense que je préfère limite la pluie… C’est dire ! 

J’étais tellement transi de froid que je me suis arrêté tous les 30 kms au début et peut être tous les 50 kilomètres ensuite… Je te laisse imaginer la tronche des gars dans les cafés quand j’enlevais les bottes pour les mettre sur le chauffage .

Direction les monts d’Auvergne pour remonter vers Montluçon et là… J’ai craqué, j’ai lâché les petites routes qui par ailleurs étaient des patinoires, pour rentrer directement à Paris en alternant entre Nationale et Autoroute. La première pour me réchauffer, la seconde pour gagner un peu de temps.

Au final, retour au bercail à 16h, et grand plongeon dans un énorme bain chaud ! 

Alors cette hivernale de Millevaches ?

Et ben écoute, pour être franc, ça m’a laissé un petit goût mitigé. 

Je voulais le faire au moins une fois, c’est fait ! Dit autrement, il y a peu de chances que je rempile, sauf pour une bonne cause, mais alors faudra vraiment qu’elle soit très très très bonne la cause !

Déjà, 3000 gars sur un plateau dans la nature, c’est bizarre, en tout cas, c’est pas trop mon kiffe. En fait, ça fait trop je trouve. Trop de monde, trop de meules, trop de tentes, trop de tout, et surtout… Pas assez de bois pour tout le monde ! Et ça ça craint, parce que du coup, les 15 balles d’inscription, j’ai pas trop compris où ils étaient passés. Et qu’on se comprenne bien, c’est pas pour les 15 balles, c’est juste pour le bois 🤑

Parce que à part ce sujet de bois, derrière, tu as une organisation de dingue quand même ! Tu imagines la logistique ? Outre le bar, il y avait un food truck (basique mais pratique), des sanitaires, les pompiers, la sécurité civile, plus tout le travail des bénévoles (je ne sais même pas combien ils sont !) qui ont tout fait pour mettre en place la signalétique sur la route, organiser le campement, baliser les zones, etc. Alors franchement les gars, un immense merci pour tout ce que vous avez fait ! Et bravo aux organisateurs, et à tous ceux qui de près ou de loin ont filé un coup de main, parce que pour ma première Hivernale de Millevaches, j’ai eu droit à une belle édition.

Il manquait juste la neige, mais le froid était historique !

Du coup, maintenant, je peux dire que je l’ai faite ! L’hivernale de Millevaches 2022, j’y étais ! 💪🏼

Quelques conseils si toi aussi tu veux y aller…

Que ce soit à Millevaches ou ailleurs, après une première participation, voilà peut être les quelques tuyaux que j’aurais aimé avoir avant d’y aller, alors si ça peut servir, tant mieux…

Déjà , prévois que tu auras plus froid que ce que tu imagines ! Donc prends plus d’affaires chaudes, de qualité ! Et tu peux aussi prendre une petite bâche pour ta meule. Je ne sais pas si ça t’aidera à démarrer le matin, mais au moins, tu n’auras pas de givre sur la selle 🥶

Ensuite, considère que tu y vas pour partager ! Et partager, ça se fait dans les deux sens, tu vas recevoir, mais tu vas aussi devoir donner (un peu) du coup pour équilibrer. Sinon, tu vas te sentir comme une bouse à avoir le sentiment de piquer dans l’assiette (ou le gobelet) des autres. Merci Dylan, Jeremy et Adrien et toute la clique pour votre accueil, et à charge de revanche 😉

Et puis, ne t’emmerde pas avec tout le matériel que j’ai mis dans le fichier, prends le strict nécessaire, parce que sur place, tu arriveras toujours à te démerder. 

Voilà ! T’as plus qu’à y aller ! File t’amuser à une des vingt hivernales de France (oui oui…) au lieu de me lire au chaud dans ton canap 🫡

Quelques photos souvenir…