[Road trip en Islande] Un Iron Butt Challenge en bonus !

[Road trip en Islande] Un Iron Butt Challenge en bonus !

18/07/2021 1 Par Pierre-Emmanuel BOURGOUIN

Pour le retour d’Islande, ça a été assez marrant ! La situation était assez simple. Tu dois te faire 1400 bornes d’autoroute pour rentrer de Hirtshalls jusqu’à Paris. Clairement, ce sont 1400 bornes foutues en l’air, mais pas le choix de toute façon ! Alors… Autant les rentabiliser 🙂 Comment ? Bah… En faisant un truc totalement inutile : le Iron Butt Challenge ! Alors ok, tu te rajoutes 200 bornes, mais à ce niveau là, on compte plus. Et puis surtout, tu gagnes un autocollant à la fin ! Cool non ? 

Allez, comme d’hab, avant de rentrer dans le vif du sujet, tu peux, si tu as loupé un épisode, retrouver le roadbook de notre trip Islandais ici

Le Iron Butt Challenge, une histoire de cul…

Le Iron Butt Challenge, comme son nom l’indique, c’est un peu une histoire de cul quand même.

Je t’en avais déjà parlé ici et j’étais allé assez loin puisque j’avais même réfléchi à l’itinéraire ici… Mais je pensais faire ça en scooter à la base… Je me disais que je l’accompagnerai dignement vers la fin de ses jours après 46.000 km de bons et loyaux services… Mais je m’égare !

Bref, le concept de l’IBC est simple (et un peu bête aussi mais bon…) : te faire 1000 miles ou 1610 km en moins de 24 heures ! Et ça, c’est juste pour commencer, parce que si t’es chaud, tu as plein d’autres challenges encore plus inutiles à faire ! La liste complète est ici si tu veux.

Bon, pour être franc, depuis qu’on avait commencé à parler de l’Islande avec les copains, j’avais bien identifié le truc… Franchement, quitte à se faire 1400 bornes de jonction sur AutoBeurk, autant essayer de mêler l’inutile au désagréable !

La question, c’était juste de savoir comment je pouvais leur faire accepter ça… ?

Un peu de maths ?

Et ça s’est fait de façon très simple au final ! L’équation se résume en fait à ça :

f(3C)^(2N) = Bx

Où C = cerveaux, N = le nombre de neurones dont dispose manifestement chaque cerveau au moment où on parle de l’Iron Butt, et B = le niveau de bêtise collective maximale qu’on arrive à produire au facteur X dans ce contexte !

Et tout ça en 2 temps s’il te plait ! 

  • A l’aller, V. boit une pinte de trop sur le bateau qui nous emmène vers l’Islande et signe direct quand je lui parle de l’idée ! Je sais pas ce qu’ils avaient mis dans sa bière, mais franchement, c’était limite trop facile !
  • Au retour, E. qui a bien vu le loup à l’aller, et qui du coup se refuse à boire, s’en remet au hasard, et perd à pile ou face, en présence d’un témoin totalement impartial en plus, qu’on a rencontré sur le bateau ! 

Bah voilà, du coup, maintenant, on est tous d’accord ! On fera un Iron Butt Challenge pour rentrer !

Reste plus qu’à trouver l’itinéraire… Et là, c’est E. qui prend le lead. Après tout, il a perdu son pari, il peut au moins choisir son chemin de croix. 

(NDLR : ne jamais boire ni s’en remettre au hasard pour prendre ce genre de décisions…)

L’itinéraire en détail

1670 km sur une carte, ça fait pas si impressionnant que ça en fait 🙂

Du coup, tu vois, l’itinéraire aura été assez simple à choisir 🙂 Au lieu de passer par Hanovre puis Dusseldorf et la Belgique, bah, on fait un petit crochet qui nous fait passer par Frankfort, et rentrer en France par l’Est plutôt que par le Nord… Et voilà ! 200 bornes et quelques de plus et c’est dans la boîte !

Et sinon, ça donne quoi alors ?

Et ben… Comment dire… Mon Dieu qu’est-ce que c’est chhhhiiiiiaaaaaannnnnntttttttt !!!!! 1600 et quelques kilomètres d’autoroute, c’est vraiment à mourir !!! Bon, la seule partie marrante, c’est l’Allemagne, mais c’est juste pour le plaisir de lâcher toute la cavalerie ! Tout le reste, mais c’est d’un eeeeennnnnuuuuuuiiiiiiii !!!! 

Mais pourquoi on a fait ça sérieux ? Pourquoi ?! La route est monotone, le bitume est monotone, les voitures sont monotones, les marquages au sol sont monotones, les stations services sont monotones, tout est mmmoooonnnnnooootttttoooooonnnnneeeee !

Tu diras qu’on aurait pu s’en douter, et t’as raison ! Mais moi je vois autre chose maintenant… Je me dis que l’idée de faire ça en scooter, sur de la nationale ou de la départementale, c’est d’une autre classe ! Du coup, j’en ai parlé à T. (oui encore lui) et… bon bah…. on se dit que ça pourrait être sympa d’aller se faire une bouillabesse sur le port de Marseille, mais je t’en reparlerai… Quand on est con et borné, on ne se refait pas hein ? ?

Quelques chiffres

Allez, on est d’accord, tout ça ne sert strictement à rien.

Mais du coup, autant en sortir des stats qui ne servent à rien non plus ! Sauf peut être à te donner une idée de ce que ça représente si toi aussi tu as envie de te lancer dans ton Iron Butt ?

Donc voici quelques chiffres clefs… 

  • 1650 km au compteur (1670 km au GPS), parcourus en 18h09, à une vitesse moyenne de 90,91 km/h en tenant compte des pauses évidemment. Finalement, on était large ! A ce rythme là, on aurait pu faire presque 600 bornes de plus… Soit un But Burner !!! Bref…
  • 107l d’essence cramés pour 194€ soit une consommation moyenne de 6,5l/100 ! Et du coup, tu te rends bien compte que la consommation n’est pas raccord avec la vitesse moyenne 🙂 A 90km/h stabilisé sur autoroute, je consommerais théoriquement du 4,8 voir 5l/100 ! 
  • Bon ça veut dire aussi que l’essence était en moyenne à 1,8€/l sur tout le chemin ! Ça craint sérieux…
  • Une vis perdue sur une Ducat… (mais je dis rien de plus sinon je sens que ça va se retourner contre moi)
  • 4 Red Bull sur le chemin, autant de cafés et de sandwich dégueulasses… 
  • Une bonne migraine le lendemain…

1670 km en 1mn 17s, qui dit mieux ?

Quelques photos quand même