Le mini guide : quel matériel prendre pour un Rallye ?

Le mini guide : quel matériel prendre pour un Rallye ?

01/09/2022 0 Par Pierre-Emmanuel BOURGOUIN

Ca y est ! Tu as enfin pris la décision de faire ton premier rally ! Tu as équipé la moto, le pilote, et tout et tout. Mais il reste quand même un petit sujet : celui de l’intendance et du matériel de rally que tu vas utiliser !

Parce que pendant le rally, sauf si tu as fait le choix d’une assistance (et encore…), il faudra que tu puisses bricoler ta machine pour être sûr de pouvoir repartir, pendant l’épreuve si tu as un pépin, et le lendemain une fois que tu es rentré !

Et du coup, pour ça, il faut plus réfléchir qu’il n’y parait ! Sans compter qu’il faut tester et éprouver avant pour être sûr que ça fonctionne bien, parce que le but du jeu, c’est d’être efficace avant tout.

Et en guise d’efficacité, je te propose un article sous forme de checklist sans fioriture, sans blabla, mais avec les explications qui vont bien. Et même s’il y a fort à parier que cet article évolue au fur et à mesure de mes aventures, voilà déjà comment je vois les choses.

Contenu de l'article

Le matériel de rally que tu vas devoir fixer sur ta bécane :

Déjà, on va faire la part des choses entre le matériel nécessaire pour le rally, et les outils qui vont avec.

On va donc commencer par tout ce que tu peux fixer et faire tenir sur ta bécane directement. L’idée c’est d’y mettre le plus facile, le plus accessible, et les quelques pièces détachées dont tu pourrais avoir besoin. Tu peux les emballer dans un bout de chambre à air par exemple, qui te sera toujours utile également. Ca permet surtout d’éviter que ça fasse trop de bruit quand tu roules… 

Du Scotch américain, entouré sur la béquille…

Bah oui, c’est pas utile de partir avec tout le rouleau, mais ça n’est pas lourd, et enroulé autour de la béquille c’est toujours pratique. Je regrette de ne pas l’avoir fait pendant le Hellas Rally pour la dernière journée, ça m’aurait évité pas mal de coups de stress. 

Des Rislans plastiques et métalliques fixés sur les tubes de fourche…

Idem, ça pèse rien, et ça prend pas de place, surtout sur les tubes de fourches. Tu peux en mettre une bonne quantité, je crois qu’il n’y en aura jamais assez de toute façon. Et pour les faire tenir, la recette miracle : tu les coinces avec un rislan ! 🙂 Bon, et puis, quitte à être exigeant, pense à en prendre de toutes les tailles / largeurs… 

Les leviers de frein et d’embrayage, ainsi que les pédales…

Tu peux les fixer sur ta tour de navigation ou sur le cadre par exemple. Parce que même avec des protections de guidon, t’es pas à l’abri de casser un levier ! Du coup, mieux vaut prendre les devants.

Idem pour les pédales, qui sont plus exposées elles.

L’avantage de les fixer sur la tour ou sur le cadre, c’est que si tu les casses, c’est immédiatement accessible, et t’as pas besoin de démonter ta meule ou de te déshabiller pour y accéder.

Un câble embrayage/accélérateur si besoin sous la selle…

Perso, j’ai un embrayage hydraulique et le ride by wire sur la 701 et la 1290, donc je m’en fiche, mais on sait jamais… 

Un bout de câble avec serre câble sous la selle également…

Ca c’est un truc bête, qui pèse rien, qui prend pas de place non plus, mais qui peut être utile si tu as besoin d’attacher fermement quelque chose à l’arrache. Pas la peine de prendre 10m, tu prends 50cm ça suffit largement. 

3 ou 4 colliers de serrage sur le cadre…

En plus du câble, c’est le genre de petite pièce chiante parce que ça se déforme si t’y fais pas gaffe, et ça occupe beaucoup d’espace dans la trousse à outils. Du coup, tu les mets d’office sur le cadre, comme ça, t’es pas embêté. Prends en là aussi de différentes tailles. L’idée c’est que si tu dois bouger une durite par exemple, tu puisses resceller sans soucis.

Bon, un bout de fil de fer pourrait faire l’affaire, mais c’est moins propre et plus aléatoire quand même…

Le matériel de rally que tu vas embarquer dans la trousse à outils sur la moto

Allez, maintenant, on continue la check list du matériel de rally et on passe à la trousse à outils sur la moto. Celle qui a sa petite place sur le garde boue avant ou au contraire sur le porte paquet arrière.

Bon, et si tu as du bol, tu as même un endroit dédié sur la meule pour la ranger, mais sur des motos de rally, c’est plutôt rare. 

Un tube de résine epoxy / pâte à soudure à froid à séchage rapide…

Alors ça… Mais alors ça… Si j’avais eu ça dans les Bardenas, ça m’aurait sauvé mon trip ! Tu prends un caillou dans le réservoir… T’es mort ! Si tu as cette pâte, tu fais une réparation de fortune, ça te permet au moins de repartir. Pense juste à en prendre une qui résiste à des températures élevées, et à séchage rapide pour la journée. Mais… Lis bien la suite… Parce que il t’en faut une un peu différente dans ta malle…

Des vis et boulons de rechange dans toutes les tailles…

En rally, et sur des mono, ça vibre dans tous les sens.

Au Hellas Rally, en rentrant un soir, j’avais perdu 80% des vis de ma tour de nav par exemple. Alors je n’ai pas fait gaffe en roulant, mais si j’avais perdu les 3 dernières, j’aurais été bien emmerdé…

J’ai aussi failli perdre mon sélecteur de vitesse comme ça lors de la dernière Carrantaise… 

Du fil électrique avec des dominos ou attaches rapides…

Ca demande un peu d’entrainement avant, mais ça te permettra au moins de faire un shunt de fortune si tu as un soucis avec ta béquille ou avec ton radiateur. 

Des fusibles de rechange…

Et oui… On embarque pas mal de trucs mine de rien, et griller un fusible, surtout dans des conditions de Rally, ça peut arriver ! Mieux vaut anticiper. 

Du Scotch d’électricien…

Histoire de faire les choses proprement 😉

Une sangle ou une corde…

Ça te permettra de te faire tracter ou de dépanner un copain si tu te mets au tas ou si tu as un soucis moteur. Fais bien attention de ne pas prendre une corde d’escalade trop élastique. 

Un morceau de chaîne avec les attaches rapides dédiées et un dérive chaîne…

Bah là, ça ne m’est pas arrivé, mais… j’ai vu ce tips sur un forum et je trouve que c’est pas con. Ici encore, l’objectif, c’est de pouvoir repartir, même si tu pettes ta chaîne. 

Un entonnoir compact avec un bout de durite essence…

Je te fais pas de dessin et je te laisse imaginer tout ce que tu peux faire avec ça 😉 En tout cas, ça m’aurait facilité la tâche pendant le Marathon Stage du Hellas Rally par exemple.

Tournevis, douilles et clefs pour toute ta meule…

Et le mieux, c’est d’avoir pris le temps avant de partir de tout vérifier histoire d’être certain de ne pas manquer au pire moment du tournevis, de la douille, de la clef que tu n’auras pas prise évidemment…

L’autre conseil, c’est d’essayer d’utiliser exclusivement de la visserie d’origine, y compris sur le matos que tu ajoutes. Comme ça tu limites quand même le risque de ne pas avoir la bonne clef au bon moment…

Le matériel de rally que tu mettras dans ton sac à dos

Alors, ton sac à dos, c’est un peu la besace du magicien…

Tu dois y mettre plein de trucs, tout en faisant en sorte que ça ne pèse pas une enclume histoire que tu ne sois pas défoncé trop vite.

Donc il faut gérer le truc intelligemment, et y mettre ce que tu ne peux pas mettre ailleurs, et seulement ça.

Tu pourras donc y glisser :

Un multifonction type Letherman

Il a fait ses preuves le bestiau ! Alors ne t’en prive pas, parce que tu en auras forcément besoin, à un moment ou à un autre. Perso, j’ai investi dans ce modèle (le Leatherman Surge), et également dans un set d’embouts ainsi que dans le ratchet driver qui est un vrai confort à l’usage.

Une frontale

Ca prend pas de place, c’est pas trop lourd, et ça peut toujours servir, même en pleine journée.

Ton téléphone

Et oui… Normalement, en Rallye, tu vas pas être habillé façon Touring Adventure. Il y a peu de chance que tu aies des poches… Et donc, plutôt que de mettre ton téléphone sur ta meule, laisse le dans le sac à dos, idéalement dans une petite poche accessible.

Bah oui, tu fais comment si ta meule tombe dans un ravin et qu’il est dessus ? 🙂

Des barres de céréales / pates de fruit

Pouvoir réparer et communiquer, c’est bien beau, mais il faut aussi que tu puisses t’alimenter. Du coup, prends quelques barres de céréales au rayon nutrition de Décathlon par exemple.

Perso, j’en prends une par heure de roulage, en partant sur une moyenne de 50 km/h.

Le camel bag / bouteilles d’eau le cas échéant

Là, c’est l’élément clef, central, que tu ne dois pas négliger. En tout cas, perso, je n’ai jamais autant bu qu’en Rally. A tel point qu’il m’est arrivé de refaire 2 voir 3 fois le plein de mon sac d’hydratation, qui pourtant est déjà le modèle de presque 4L de chez Kriega

Un paquet de mouchoirs

Toujours utile en toutes circonstances, et c’est toujours quand tu en as besoin que tu ne l’as pas, donc laisse le toujours au fond du sac, on ne sait jamais.

Une trousse de secours

Uniquement après avoir tout fait pour la faire tenir sur la moto ! Mine de rien, ça prend un peu de place et ça pèse un peu lourd également. Tu en trouves des toutes prêtes, mais vérifie qu’il y ait au moins : 

  • Pansements,
  • Bandages
  • Désinfectant
  • Epingles à nourice
  • Ciseaux
  • Sparadrap
  • Crème solaire
  • Beaume lèvre
  • Liquide physiologique
  • Doliprane
  • Garrot 

Une pochette étanche pour

  1. Tes papiers d’identifié
  2. Les papiers de la moto et de l’assurance
  3. Les coordonnées de l’organisation / assistance / médic dans la langue locale
  4. Un peu de liquide
  5. Un stylo
  6. Un bout de papier

Le matériel de rally qui t’attendra dans ta malle 

Allez, je pars du principe que tu n’as pas pris d’assistance, et qu’il faut donc que tu imagines que tu doives te débrouiller tout seul comme un grand.

Sachant que dans les faits, tu pourras toujours aller voir à droite à gauche s’il te manque quelque chose, mais bon, on va faire comme si c’était pas le cas.

Allez, c’est parti pour l’inventaire ! 

Des filtres de rechange 

Entre les filtres à air (compter un par jour) et les filtres à essence (compter 1 par semaine voir plus si terrain très poussiéreux ou sablonneux), tu vas déjà prendre un peu de marge… Surtout, prends le temps de préparer les filtres AVANT le départ. Mine de rien, laver ton filtre à air au bivouac, c’est chiant…

Un kit chaîne complet

Avec pignon, couronne, rondelle et tout et tout. Même si ta chaîne est en bon état quand tu pars, tu peux pas exclure de la péter pendant la course. Alors tu pourras certainement faire une petite réparation de fortune avec ce que tu embarques sur la meule, mais il faudra de toute façon la changer le soir.

Des bidons en tous genres

En fonction de ta meule, tu auras certainement au moins une vidange à faire, sans compter les appoints, donc anticipe et prends ce qu’il faut.

En parallèle, prends une bombe de lubrifiant chaîne off-road, ce sera pas du luxe…

Et puis n’oublie pas non plus de prendre du liquide de refroidissement ! Tu peux faire sans, ok, mais bon, vu ce que ta meule va prendre pendant une semaine, autant la bichonner un peu…

Au passage, prends également du gel hydroalcoolique, ça peut toujours être utile !

Des joints dans toutes les dimensions

Entre les vidanges, et les réparations de fortune que tu vas devoir faire, prends un paquet de joints que tu mets dans un coin de la malle…

Un petit fer à souder

Sors pas la torche, mais juste un petit truc d’appoint, et si idéalement tu peux le mettre sur une prise secteur OU sur l’allume cigare de ta meule, c’est bien. Au Hellas, j’ai vu un type qui réparait son radiateur comme ça… 

Toutes les clefs et outils particuliers…

Entre les clefs à bougie, celle pour régler ton amorto, etc. il y a tout un tas de clefs spécifiques dont tu n’as pas besoin sur toi pendant la course mais qu’il te faudra avoir dans la malle. 

Tu peux aussi prendre des outils plus costauds que ceux que tu emportes avec toi, notamment des clefs à cliquet, clefs dynamo, un tournevis/perceuse électrique, etc. 

Profites en également pour prendre une scie à métaux, une lime, et pose là dedans les démonte pneu également. Prends en au moins 6 ! Et prends des trucs de bonne qualité… J’avais acheté des cuillères sur Amazon la première fois, et outre le fait que je les ai tordues dès la première utilisation, ça m’a dégoutté ! J’ai acheté ceux là ensuite, et ça m’a réconcilié avec le changement de pneus.

Petit conseil aussi, entraine toi à tout monter démonter dans ton garage, tu connaitras ta meule comme ça et tu sauras en plus combien de temps quelle opération te prendra sur place.

Les petits consommables…

Un jeu de plaquettes de frein, des maillons d’attache rapide pour la chaîne, une ou des bougies, un jeu de sélecteurs de rechange, bref, tout le matériel nécessaire pour remettre ta meule d’aplomb le soir au bivouac. 

Accessoirement, tu peux te prendre un embrayage de rechange, et un carter moteur… Pas nécessaire, mais toujours utile…

Un multimètre…

Et oui, c’est con, mais si tu as un problème électrique, ce sera toujours plus facile de l’identifier et de l’isoler avec un multimètre. Il y a des modèles rikiki maintenant qui ne prennent pas du tout de place, donc là aussi, ne t’en prive pas. 

Les pièces de rechange pour ne pas être bloqué…

Un stator, des bobines, une pompe à essence, une sonde lambda, voir même un faisceau peuvent être intéressants dans la malle si t’as un peu de place, mais là, faut en plus commencer à bien bricoler. A toi de voir… Moi, perso, je n’avais pas ça.

Une boite de gants de garagiste…

Non pas qu’on fasse la princesse sur place, mais bon, c’est quand même plus agréable de bricoler sans avoir les mains trop dégueulasses. 

Quelques petits sacs poubelle

L’orga aura forcément mis à disposition des poubelles, mais bon, tu peux toujours en prendre deux ou trois dans ta malle. Au pire, ça te servira à poser proprement tes outils.

Ta réserve d’Ali Baba…

Pense également à mettre toutes tes boites de barres de céréales, pâtes de fruit, vitamines, etc. qui vont te servir pendant tout le rally à remplir ton sac à dos… 

Le matériel de rally que tu vas porter à un moment ou à un autre :

Là, chacun voit midi à sa porte. Tu as ceux qui partent avec de quoi tenir un siège, et ceux qui partent avec deux paires de chaussettes. Disons que pour cette partie là, tout dépendra aussi de l’organisation du bivouac. Si tu es sous une tente ou à l’hôtel, si c’est un bivouac static ou itinérant, les contraintes ne sont pas les mêmes.

Perso, pour le Hellas, pour la partie “moto”, je suis parti avec :

  • Une tenue enduro complète (bottes, genouillères, pantalon, jersey X2, plastron)
  • Un pantalon et une veste enduro de rechange
  • Un petit cache cou de type buff 
  • 3 paires de chaussettes de randonnée
  • 3 t-shirt techniques en Merinos
  • Un masque de rechange avec des écrans de rechange

Et pour toute la vie après les épreuves, sur le bivouac, à l’hôtel, etc. j’avais pris :

  • 3 boxers
  • Une paire de tennis, mais tu peux prendre des crocs ou des tongs, ça court le bivouac aussi
  • Un pyjama (enfin caleçon + T-shirt)
  • Une polaire 
  • Un pantalon et un short
  • 3 t-shirt
  • Une trousse de toilette (si si !)

Naturellement, si tu es en bivouac sous tente, il faudra que tu penses à prendre tout ce qui va avec genre un duvet, un matelas, un oreiller gonflable, un sac à viande, etc. et tu penseras également à prendre du PQ, des lingettes et tout le nécessaire de toilette 😉

Hésite pas à laisser un com si tu vois autre chose 🙂

 

PS : toutes les photos de cet article sont fournies par Action Graphers, dont tu peux retrouver le taf ici.