Ma première fois… (où je me suis fait peur avec un high side !)

Ma première fois… (où je me suis fait peur avec un high side !)

20/05/2019 Non Par Pierre-Emmanuel BOURGOUIN

L’avantage avec la moto, c’est que les premières fois sont nombreuses et le high side n’y échappe pas… Je ne vais pas en faire toute la liste, mais on pourrait noter :

  • la première moto (BMW F800R, Janvier 2014),
  • la première accélération, poignée dans le coin forcément (A14, Mars 2014)
  • le premier virage (Morvan, Avril 2014),
  • la première vraie prise d’angle où l’on frotte le cale pied (Auvergne, Col de La Croix Saint Robert, Mai 2016),
  • la première petite frayeur en traçant tout droit dans un col de montagne (Alpes Suisses, Davos, Juillet 2015),
  • la première gaufre (Paris, Février 2015),
  • et… le premier High Side (Ecosse, Mai 2016) !

Un High Side ?

Alors là, un peu de technique s’impose ! A moto, on tient en équilibre sur… 2 pneus. Oui, c’est enfoncer une porte ouverte que de le dire, mais faut juste ne pas le perdre de vue. Selon la moto que tu as, ces 2 pneus ont une bande plus ou moins large en contact avec la chaussée. Et selon les pneus, l’adhérence sur l’angle est plus ou moins bonne…

C’est pour ça qu’on fait TOUJOURS chauffer les pneus avant de commencer à se jeter dans les virolos ! Pour leur permettre de monter en température tranquillement pour offrir une meilleure adhérence. Et oui, c’est LA clef de tout à moto… L’adhérence… Et parfois, cette coquine te joue des tours !

C’est quoi alors ?

Le High Side, c’est quoi alors ? Et bien d’après Wikipedia ;

A highsider or highside is a type of motorcycle accident characterized by sudden and violent rotation of the bike around its long axis. This generally happens when the rear wheel loses traction, skids, and then suddenly regains traction, creating a large torque which flips the rider head first off the side of the motorcycle or over the handlebars.

En d’autres termes, c’est quand la moto amorce une espèce de rotation horizontale mais qui peut devenir verticale, pas du tout naturelle donc, autour d’un axe qui serait son point d’équilibre (bon son centre de gravité en fait…) et balance son pilote par dessus le guidon façon rodéo !

Si tu as du mal à visualiser, regarde ci-dessous, ouvre bien les yeux et sois attentif : 

High Side Moto Crash

Si sur piste ça peut pimenter un peu le spectacle dans des conditions de sécurité relatives, imagine ce que ça peut donner sur route… 

Voilà… On y est…

Mon premier High Side

On est le 20 mai 2019, temps typiquement écossais ! Quand je dis typique, je parle bien sûr de cette alternance d’averses et de grand beau temps. Et une quinzaine de degrés pour finir le tout… 

Ferme les yeux, et maintenant donc, imagine une route départementale (avec conduite à gauche pour mémoire)… Imagine un virage à gauche, donc à l’intérieur… Imagine une chaussée bordée d’arbres des deux côtés… 

Tu vois ? Tu sens l’humidité ambiante ? Tu as noté que le virage dont je te parle est un virage en aveugle ?…

Allez, referme les yeux. Ça roule bien, pas beaucoup de monde sur la route depuis le début de la journée, tu prévois de t’arrêter bientôt pour déjeuner, tu penses déjà un peu à ce qui t’attends l’après midi, tu es heureux qu’il ne pleuve pas, c’est le bonheur… 

Une histoire de confiance… aussi…

Tu es en CON-FI-AN-CE !!! Pardon, en ME-GA CON-FI-AN-CE !!!! 

Bah voilà le problème ! Dès que tu es trop en confiance, à moto, c’est la connerie assurée !!!

Je savais que j’arrivais un peu vite dans le virage, la visibilité n’était pas bonne, la chaussée était assez aléatoire tant par son revêtement que par ce qu’on pouvait trouver dessus (des brindilles, de la laine de mouton, des feuilles mortes par-ci par-là)… Mais non, j’étais en confiance…. Et dans CON-FI-AN-CE, ça ne t’as pas échappé, il y a CON !!!! 

Et un peu de virage quand même…

J’attaque le virage, je reprends deux rapports, je me mets sur l’angle, ça tourne, c’est bon… Je déhanche, je pose le genoux, puis le coude, puis j’enlève un moucheron qui trainait sur le casque en frottant l’herbe du bas côté… Non, là, je rêve… En fait, je pose le regard sur la sortie du virage, la route a priori ok, je remets les gaz et c’est à partir de cet instant précis que les choses ont pris une tournure tout à fait inattendue ! 

La roue arrière qui chasse, l’avant qui se tord, moi qui suis surpris, la roue arrière qui revient, l’avant qui se tord encore mais de l’autre côté, moi qui me prend un coup de pied au cul par ma propre moto, la roue arrière qui repart à l’extérieur, le guidon braqué bizarrement, moi qui arrive malgré tout à tenir la prise, qui prie, qui relâche les gaz (oui je sais……….), qui regarde devant, qui serre le réservoir à m’en faire claquer les muscles, et finalement……………… L’adhérence revient et je reprends le contrôle par je ne sais quel miracle…………. Ouf !

Retour au calme…

Dis comme ça, ça semble prendre une éternité, mais tout ça s’est joué en 2, peut être 3 secondes… En fait, pour être franc, je n’ai aucune idée du temps à ce moment. Il est comme étiré en accéléré. Et je ne vous parle même pas de ce qui se passe dans la tête, indépendamment des réflexes reptiliens de préservation qui ressortent en un millionième de seconde…

Et tu sais quel a été mon premier reflex après ça ?

M’arrêter……………………………….. Longtemps…………………………… Je me suis posé dans l’herbe, dans une espèce d’état second où se mélangent pas mal de sensations qui peuvent être contradictoires pour certaines.

Je me souviens avoir envoyé un message à ma moitié, un message banal d’amoureux qui ne veut surtout pas l’inquiéter à 2.500km de là, mais qui me faisait sortir de cette torpeur surprenante…

Le message d’après était pour mes potes, sur un groupe WhatsApp dignement appelé “Poignée dans le coin”, pour leur faire part de ma frayeur. 

Moi : Putain, j’ai failli me viander méchamment les gars ! La moto a fait un pas de trois sur le côté. Ça devait être beau à voir, mais je me suis bien fait peur !

Pote 1 : Aie !! Fais Gaffe !!

Pote 2 : Yes fais attention mon PEB, pas bon de chuter et encore moins tout seul loin de tout… Qui voyage loin ménage sa monture…

Ça a dû les surprendre d’ailleurs, parce que c’est pas tous les jours que je me fais peur, mais là, je me suis fait vraiment peur…

Alors surtout, n'oublie pas que quand tu roules en général, et encore plus à moto, si c'est bien d'être en confiance, c'est terrible d'être trop en confiance !

On perd le sens commun, on perd notre capacité à apprécier réellement la situation telle qu’elle est, et on fait des conneries qu’on aurait jamais faites sans cela. 

L’avantage, c’est que maintenant que ça c’est fait, je suis beaucoup moins en confiance dans les virages 🙂