[Roadtrip en Ecosse] Acte 1, direction John O’Groats

[Roadtrip en Ecosse] Acte 1, direction John O’Groats

21/05/2019 Non Par Pierre-Emmanuel BOURGOUIN

Jour 1 : la jonction, le moment pénible de ce roadtrip en écosse

19 mai 2019, 5h du mat, en route pour mon premier roadtrip en Ecosse ! Pour revoir le plan global de ce roadtrip en écosse, c’est par ici 🙂

Petit dej dans le ventre, un oeil sur la météo avant d’y aller : temps couvert, une dizaine de degrés, 10% de risque de pluie sur le trajet jusqu’à Calais, ensuite grand beau jusqu’à Edimbourg. La météo de la semaine est dans le même genre, avec des passages nuageux, mais en théorie, je passe à travers les gouttes. Allez, 6h du mat, il est temps d’y aller, le Shuttle m’attend à 10h, je suis large ! Mais bon, chaque minute que je grapille est bonne à prendre, parce que mine de rien, je dois m’enfiler plus de 1.000 km dans la journée !

Calais

Bon, histoire de me mettre dans le contexte, 30mn après être parti, je me prends une averse ! Coup de bol, je l’ai sentie venir, et j’ai eu le temps de mettre la combi intégrale sous un pont avant de me faire tremper. 20mn plus tard, plus une goutte… Allez, je ne m’arrête pas, j’aurai le temps de faire ça dans le Shuttle. J’arrive à 9h au Shuttle, et là, c’est la première bonne surprise ! Je peux monter dans un train plus tôt, il n’y a personne… Super service ! Contrôles classiques à l’embarquement et go.

Edimbourg

30mn plus tard, je sors à Folkestone, et m’engouffre sur la voie rapide pour piquer vers le Nord. Je passe à proximité de Canterbury, et découvre les premiers radars… Bon, petit reminder pour la suite, tout est en miles évidemment… Donc faut adapter la vitesse pour pas se louper 🙂 La route est dégueulasse et je pense que les anglais conduisent encore plus mal que les français ! Ca double dans tous les sens, ça roule n’importe comment, ça téléphone, ça klaxonne… Bref, si ce n’est la conduite à gauche, je ne suis pas trop dépaysé.

Je passe la “frontière” écossaise à 15h40 ! Et j’arrive à Edimbourg à 17h… Plutôt content de moi, j’ai bien roulé, et à part deux ou trois gouttes, rien à signaler. Comme j’ai de l’avance sur mon programme, je continue vers Kirkcaldy, et plante la tente près de la plage. 

Jour 2 de ce roadtrip en Ecosse : Cairngorms National Park

Saint Andrews

Après une nuit… pourrie (oui, comme d’habitude, j’en ai déjà parlé ici), mais au sec, le petit rituel se remet en route tranquillement… Le réchaud, le café, le pliage de la tente, tout remettre dans ces valises décidément trop petites, checker la météo, démarrer, et partir ! 

Première étape du jour, le golf de Saint Andrews ! Je ne pourrai malheureusement pas y jouer, et ce n’était pas le but de ce roadtrip en Ecosse, mais l’infrastructure est surprenante parce que totalement ouverte sur la ville. On sent qu’on est ici dans une culture très différente du cloisonnement qu’on peut souvent observer sur les parcours en France ; pas de barrières, pas de limites, mais des personnes très respectueuses du sport et des joueurs. J’ai presque honte de passer par là à moto et de faire malgré tout un peu de bruit… Je reprends vite la route vers Aberdeen !

Dunnottar Castle

Météo nickel, des grandes éclaircies, le soleil montre le bout de son nez très régulièrement et pas une goutte de pluie surtout ! Du bonheur. La route de la côté n’est pas la plus marrante qui soit mais en tout cas c’est beau. En tout cas jusqu’à ce que l’ambiance change, et assez rapidement en fait ! En l’espace d’un virage, alors qu’il me reste une demi dizaine de kilomètres avant ma seconde étape, le château de Dunnottar, se lève un brouillard à couper au couteau ! Concrètement, je crois n’avoir jamais vu un tel truc ! Et en arrivant à Dunnottar Castle, je ne sais pas si je dois dire que j’ai de la chance ou pas 🙂 En fait, je ne vois rien ! Rien du tout ! Le château n’est pas encore ouvert à la visite, mais de toute façon, vu le temps, je n’attendrai pas et je préfère faire des photos de ce paysage surprenant.

Balmoral Castle

Je reprends la route pour le parc national de Cairngorms, pour m’arrêter au château de Balmoral, qui n’est autre que le lieu de résidence de la Reine Elizabeth II lorsqu’elle vient en Ecosse. La route jusqu’au parc est très roulante, avec des passages un peu sinueux, et s’enfonce tranquillement dans le parc national. Le temps tient bon, et c’est là que je me suis fait ma première très grosse frayeur avec un magistral high side que j’ai réussi malgré tout à maitriser je ne sais  trop comment ! 

J’arrive malgré tout à Balmoral Castle et négocie avec le garde à l’entrée du domaine pour lui laisser mon sac et mes affaires 🙂 C’est quand même pas top pour ça la moto… Au moins en bagnole on laisse tout dans le coffre et on est tranquille… Bref. Le domaine est immense et ils organisent même un système de navettes pour vous emmener jusqu’au château. Ceci étant, il ne faut que 10-15 mn pour y aller à pieds, et ça me fera du bien. Ceci étant, autant être clair, c’est assez décevant car pas possible de rentrer dans le château. On peut en faire le tour, visiter les dépendances, les écuries, les serres, mais pas le château… Le site est toutefois assez magistral et donc ça vaut quand même la peine d’y faire un tour.

Blair Castle

Il est temps de repartir pour mon deuxième château de la journée : Blair Castle, à côté de Pitlochry dont les photos que j’avais pu voir m’avaient impressionné. Mais pour être franc, le plus sympa a été la route pour y aller 🙂 Je ne suis pas dans les Midlands, et ce paysage est juste splendide ! On en prend plein les yeux à chaque virage, même si, je ne le savais pas encore à ce stade, mais le meilleur était devant moi. J’arrive à Blair Castle, et là, vraie déception ! Le château est fermé au public exceptionnellement ! Je peux rentrer dans le domaine, mais ça s’arrêtera à une visite des extérieurs.

En prime, je me prends la première grosse averse de mon périple à ce stade. C’est violent ! On est en fin de journée, et je n’ai aucune envie de me coucher dans une tente humide avec des fringues trempées, donc…. je m’abrite ! Et j’attends… et j’attends encore… c’est long….. 

Une heure plus tard, je peux repartir au sec ! Il est tard, et je m’arrête juste pour manger un truc dans un bar à Pitlochry avant de planter la tente dans les bois.

Good night ! 

Jour 3 : John O’Groats, le must de tout roadtrip en Ecosse

3ème jour et c’est parti pour une journée super chargée ! L’objectif est d’aller à John O’Groats aujourd’hui, le point le plus au nord de l’Ecosse, exception faite des îles Shetland 🙂 Bon, ok, là ça vire un peu à l’obsession cette recherche des points les plus extrêmes, et celui-là, il est contestable, si on considère qu’on est déjà sur une île 🙂 

Parallel Roads of Glen Roy

Mais avant d’arriver là-bas, je passe par Parallel Roads, dans la réserve naturelle de Glen Roy. Ce n’est ni plus ni moins qu’un paysage hérité de l’ère glaciaire, qui a laissé des marques très visibles du fait des glaciers qui dévalaient la vallée à l’époque ! Première petite frayeur de la journée, la panne sèche ! En prenant la route, j’imaginais qu’il n’y aurait pas de problème pour trouver une station service, mais force est de constater que je me suis planté. Optimiste de nature, je m’engage dans la vallée… Et la route qui serpente n’arrête pas de monter ! C’est une des rares fois où j’ai joué la sécurité en essayant d’avoir une conduite la plus économe possible. Je ne m’étais néanmoins pas planté, le panorama est extraordinaire. J’avais prévu de m’arrêter une petite demi heure, j’y suis resté une bonne heure, à jouer avec le drone, à prendre des photos, et juste à…. savourer. Au retour, la route descend ! Normal 🙂 Et bien je me mets au point mort, et je me laisse descendre pour économiser l’essence ! Drôle de sensation de faire ça sur une dizaine de kilomètres 🙂

Le Loch Ness

Je trouve une station, fais le plein, et repars pour la deuxième étape du jour ! Le Loch Ness 🙂 J’arrive à Fort Augustus, noire de monde, sous un soleil resplendissant ! Je m’arrêterai plus loin, pas envie d’être dans la foule. Je m’engage sur la route qui longe le Loch par le Nord en direction de Urquhart Castle. La route en tant que tel ne présente aucun intérêt, c’est tout droit. Tant mieux, ça permet là encore d’en prendre plein les yeux et d’observer le Loch Ness sans toutefois réussir à voir Nessie. Tant pis, faudra revenir.

Tarbat Ness Lighthouse

Direction maintenant le Nord, avec une étape à Tarbat Ness Lighthouse, petit phare construit au 19ème siècle sur un terrain gorgé d’histoires de batailles… La route qui y mène est totalement différente de ce que j’ai vu jusqu’à présent, totalement découverte, sans aucun arbre, avec des murets qui balisent le chemin tout du long. La route doit faire 2m 50 de large, donc pas énormément de place pour doubler et surtout pas énormément de visibilité dans les virages qu’il peut y avoir. Et dire que je devrai reprendre la même pour repartir ! 

John O’Groats

La route pour rejoindre John O’Groats est géniale. Un enchainement de petits virages, de montées et descentes, de panoramas baignés chaque fois par une lumière différente. Petite pause à Hill O’ Many Stanes, une espèce de Carnac construit par des Legos vu la taille des pierres 🙂

Mais à part cela, on est clairement dans un autre monde : celui des Highlands ! 

John O’Groats est un bout de lande perché sur des falaises à l’est, et ouvert sur les iles Feroe au nord. Autant dire que ça caille, et que le paysage est sauvage ! D’ailleurs, détail marrant, mais on a là bas une ribambelle de camping cars squattés par des personnes qui viennent, au choix, soit admirer la violence des courants marins, soit admirer la faune locale. 

Le temps est vraiment instable, et je reprends la route vers Tongue pour trouver un endroit où me poser. Et pour être franc, je m’octroie même le plaisir de dormir dans un petit B&B histoire de me prendre une bonne douche et de me réchauffer 🙂

Demain, une nouvelle phase s’ouvre dans ce roadtrip en Ecosse, j’aurais bien besoin de forces…