[Roadtrip en Ecosse] Acte 2, c’est quitte ou double !

[Roadtrip en Ecosse] Acte 2, c’est quitte ou double !

23/05/2019 0 Par Pierre-Emmanuel BOURGOUIN

Jusqu’à présent, ça se passait plutôt bien à part une ou deux averses. Disons que, globalement, le temps était plutôt au beau fixe, pour un temps Ecossais… A partir de maintenant, ça change un peu, et pour le faire en bref, je rentre dans un régime où je passe 50% du temps sous des petites averses ou du crachin. Et entre deux averses, un éclair de soleil (mais vraiment un éclair), et beaucoup de nuages…

Jour 4 : Plein sud vers les portes de Skye

Durness

Bon enfin, pas tout à fait… Avant de filer plein sud, je me fais un petit tour plein ouest, pour aller vers Durness et sa fameuse “Smoo Cave”. Franchement, je ne sais pas trop pourquoi je tenais tant à y aller. Certainement parce que les photos que j’avais vues de cette grotte par grand soleil et que ça avait l’air super ? Ou peut être parce que malgré tout c’est une sacrée curiosité et plutôt impressionnante, d’autant plus quand il faut y descendre chargé comme un mulet. En tout cas, sous la pluie fine du Nord de l’Ecosse, je t’assure que ça n’a rien à voir… Comme quoi…

Allez, je file, mais avant toute chose, je passe à la seule station service du coin… Je pensais m’y prendre un bon petit café, un petit truc à grignoter, et puis repartir, mais en guise de station service, c’est un automate, perdu au milieu de nulle part, devant lequel patientent déjà une dizaine de motards ! Pas de bol, faudra attendre sous la pluie… 

Ullapool

Bon, autant le dire tout de suite, ça n’a pas été une sinécure de rejoindre Ullapool dans la mesure où, à la pluie, il faut ajouter des routes très étroites (d’ailleurs, tu as tous les 150m des espaces pour laisser passer les véhicules qui arriveraient en face), et ces routes ont un bitume étrange, qui parfois, te donne le sentiment que tu roules sur un jeu de billes… Un grand numéro d’équilibriste au milieu des Highlands magnifiques, malgré le temps ! Cette topographie si particulière, la tourbe de tous les côtés, des senteurs qui étonnamment sont démultipliées avec l’humidité. 

Ullapool, c’est un petit port de pèche qui donne le sentiment qu’on arrive dans une mégalopole tellement je me suis vite habitué à ce sentiment d’être seul au monde sur la route ! Et franchement, j’étais content de savoir que j’avais avec moi l’application Liberty Rider dont je te fais la présentation ici. Impossible de déjeuner dehors vu le temps, je me rabats dans un fish & chips sur le port dans lequel je fais la connaissance de John, motard Anglais fou de la France, et de sa maison de campagne en Dordogne ! Bah oui… Il y en a des comme ça. On commence à papoter, échanger sur nos voyages, il me dit qu’il fait le tour de l’écosse lui aussi mais dans le sens inverse du mien, en solo… Sur sa moto ! Parce qu’il a tout prévu lui ! Sa femme, son fils et sa belle fille suivent en van derrière avec tout le confort nécessaire 🙂 Après tout, il voyage bien comme il le sent notre John… 

Je lui dis que je file vers Skye, et là, j’ai droit à un mémorable “Good Luck my friend ! Take care and don’t be afraid !” 🙂 Je ne comprendrai sa remarque que plus tard sur la route….

Skye en vue !

En fait, c’est assez simple, mais entre Ullapool et Skye, je ne me suis arrêté que pour prendre de l’essence et faire deux ou trois photos dès lors que la pluie laissait la place au soleil. Et la route est peu ou prou une copie conforme de celle que j’ai déjà prise depuis Smoo Cave ce matin… Attention, il n’y a rien de péjoratif là dedans au contraire puisqu’il s’agit ni plus ni moins que d’une des plus belles routes du UK ! La fameuse North Coast 500 ! Pas la peine de chercher longtemps pour trouver des infos sur cette route, il suffit de jeter un oeil dans google, et tu t’apercevras qu’elle est par ailleurs souvent affublée d’une base line simple : “The most scenic route”, et pour le coup, c’est moins un coup marketing qu’une réalité je trouve… 

En tout cas, j’arrive à Skye, non sans faire une pause avant à Kyle of Lochalsh, ce fameux château sur un promontoire rocheux à l’entrée du Loch, qui garde la seule route d’accès à l’Ile de Skye.

Il est déjà tard, et malheureusement, la pluie se remet à tomber de plus belle… J’avais prévu de planter la tente juste à l’entrée de l’Île, mais finalement, je continue un peu la route pour m’avancer pour demain. Tant qu’à faire… Et finalement, c’est à Sligachan que je m’arrête… En fait, je dois reconnaître une certaine facilité sur laquelle j’ai bondi de façon très opportuniste. Juste à la sortie d’un de ces fameux virages, je vois un camping qui semblait relativement bien équipé, et notamment de douches chaudes 🙂 Le gars à l’entrée me voit arriver, et, compatissant, me propose de planter la tente pendant qu’il me prépare un truc chaud à boire ! On réglera les papiers après 🙂 Double coup de bol, il y a un restau de l’autre côté de la rue ! J’en profite pour dîner au chaud tout en rechargeant les batteries des téléphones, appareil photo, ordinateur, etc. 

Jour 5 : Le tour de l’île de Skye

Portree

Il y a vraiment des nuits pourries… La pluie est tombée TOUTE la nuit, sans interruption… Mes fringues sont encore mouillées de la veille, et l’idée de rentrer là-dedans ne me réjouit pas plus que ça mais de toute façon pas le choix. 

D’autant plus que ce matin, le ciel est chargé, mais il ne pleut plus, et j’ai un beau programme devant moi, puisque je vais “juste” faire le grand tour de l’île de Skye, en passant par tous les “scenic point” possibles. Go !

Portree n’est qu’à quelques miles de mon camping, et c’est juste la plus grande ville de Skye. En même temps, ce n’est pas très compliqué, il n’y a globalement que des villages là-bas. Bon, je n’y passe que pour prendre un “vrai” café et voir le vieux port avec ses maisons colorées. Mais je ne compte pas m’y éterniser, je dois filer plus au nord.

The Storr & Kilt Rock and Malt Falls

Direction “The Storr“, un ensemble rocheux majestueux qui domine à près de 700m avec un panorama a priori exceptionnel qui vaut l’ascension. Malheureusement, en arrivant là-bas, le site est fermé pour cause de…… mauvais temps ! Il neige sur le sommet alors qu’il fait 8-9°C au niveau de la mer… 

Tant pis, je continue vers “Kilt Rock and Mealt Falls Viewpoint“, une falaise d’une soixantaine de mètres de laquelle tombe l’eau d’un lac au niveau de la route. Là encore, quand j’ai préparé ce road trip, ça faisait clairement partie des points que je voulais voir ! Mais à nouveau pas de bol ! Il n’y a qu’un tout petit filet d’eau ridicule qui tombe 🙂 Je joue de malchance… et ce n’est que le début de la fin 🙂

Allez, je continue ma route, et vue la météo, je bifurque pour Uig en passant par l’intérieur du Quiraing… Sur le moment, ça me semblait être une bonne idée de gagner un peu de temps plutôt que de risquer de prendre une averse plus loin… En fait, c’est un pari plutôt hasardeux que j’ai pris. Il faut savoir que souvent, en Ecosse, ils mettent des grilles en travers de la route pour faciliter la purge des eaux de pluie… Sauf que sur cette route qui s’engouffre dans la montagne, il fait de plus en plus froid, et la route est de moins en moins entretenue. Concrètement, je manque donc de me vautrer à chaque fois que je passe sur ces fichues grilles qui 1- sont lisses, donc super glissantes, 2- mises un peu n’importe comment en biais par rapport à la route, donc re-super glissantes, 3- ne sont pas signalées, donc super surprenantes, et 4- souvent sous un tas de feuille ou de bouse, donc re-super surprenantes. Bref, c’est super casse-gueule, et il faut être ultra vigilant (et encore, je suis pas sûr que ultra vigilant soit assez…)

Dunvegan Castle

Bon au final tout se passe bien, je sors de cette route satanique, arrive à Uig, et file pour aller vers Dunvegan Castle, LE château du clan Mac Leod ! Highlander n’a qu’à bien se tenir 🙂 Alors si tous les châteaux ne se valent pas, celui-ci vaut vraiment le détour ! Autant les jardins que le château sont magnifiques, et vous pouvez vous balader dans la bâtisse comme si de rien n’était ! Ça change des visites où on vous attache à un fil d’Arianne dont vous ne pouvez rien faire pour le quitter sans être rappelé à l’ordre (oui oui… ils sont accueillants les écossais, mais parfois, ils sont pas si cool que ça…)

Neist Point Lighthouse

Après cette petite pause culturelle, je remonte sur la moto pour aller à Neist Point Lighthouse, à 12 miles de là… 12 miles d’une route à nouveau extraordinaire ! Beaucoup plus roulante que la route de la montagne que je viens d’emprunter, avec un revêtement de bitume “normal”, donc tout était prêt pour avoir le sentiment de rouler sur un billard… 

Après, c’est vrai que c’est un superbe “spot” touristique… Donc en arrivant sur le parking, je découvre une petite centaine de voitures garées le long de la route. Beaucoup de monde de fait, mais ce n’est pas grave. Je pars du principe que ça ne risque pas grand chose, et je laisse la moto et son chargement, y compris le casque, pour pouvoir grimper sur la falaise. C’était clairement à faire !

The Fairy Pools

Allez, il est temps de repartir pour quitter l’île, mais avant toute chose, une dernière pause au spot des Fairy Pools. Cette curiosité n’est rien d’autre qu’une succession de petites cascades et de bassins, mais l’eau est tellement cristalline que vous distinguez tous les détails au fond. Je m’étais dit que je m’y baignerai, mais pour être franc, le seul fait de tester la température de l’eau avec un doigt m’a fait y renoncer ! Si la balade est agréable, il faut tout de même prévoir un peu de temps pour la faire. Officiellement, on peut faire l’aller et le retour en 40 minutes, mais c’est sans compter la foule, nombreuse même à cette période de l’année, et les stops qu’on a immanquablement envie de faire pour tout prendre en photo. Perso, ça m’a pris une bonne heure ! Manque de bol, j’avais un ferry à aller chercher, et il n’a pas fallu trainer sur la route de retour pour Amadale… En revanche, plus une goutte de pluie à cet instant ! Le calme avant la tempête de l’acte 3…


En savoir plus sur carrant.org

Subscribe to get the latest posts sent to your email.