Le mini guide : répare ton pneu (tubeless) dans la pampa

Le mini guide : répare ton pneu (tubeless) dans la pampa

03/05/2020 0 Par Pierre-Emmanuel BOURGOUIN

Bah oui, c’est toujours au pire moment qu’elle arrive cette fichue crevaison à moto ! Tu avais de beaux boudins neufs, et malgré ça, il a fallu que tu chopes le seul clou qui trainait dans les parages… Crois moi sur parole, ça m’est arrivé pendant mon Roadtrip en Norvège à 6 reprises, et en Espagne une fois. Je connais bien le sujet 😉 Et je te vois venir ! Non je ne fais pas n’importe quoi. Enfin j’essaye. Mais c’est pas le sujet ! Change pas de discussion. On parle de toi là…

Ton attention est requise

La suite de cet article ne te concerne QUE SI et SEULEMENT SI tu utilises des pneus dits tubeless, donc sans chambre à air ! Ne t’amuses pas à essayer de réparer un pneu avec chambre à air comme ça, sinon tu risques de rentrer à pieds chez toi… 

Le parfait kit de réparation de toute crevaison à moto…

Pour bien réparer une crevaison à moto, il te faut un minimum de matériel, et  ne va pas chercher à économiser 2€ là-dessus, tu le regretteras le moment venu !

Donc dans ton kit tu dois avoir :

  • Une lime ou foret
  • Une goupille en T pour mettre la mèche
  • Des mèches
  • Un tube de dissolvant pour caoutchouc
  • Un cutter
  • Au moins 3 cartouches de CO2
  • Un adaptateur valve / cartouche

Tu en trouveras 13 à la douzaine sur Amazon ici ou chez ton concessionnaire habituel…  Et puis n’oublie pas ton Leatherman non plus…

A moto, il y a crevaison et crevaison…

Avant de commencer à flipper ou à t’énerver, keep calm et respire… Un clou dans un pneu, c’est pas si grave que ça…

Tu as du bol aujourd’hui ?

Avec un peu de chance, et surtout si la gomme est encore bonne, le clou (ou la vis, ou le bout de verre, ou je ne sais quoi…) est bien enfoncé. Comme ça tu pourras sans soucis aller jusqu’au prochain garage sans trop perdre de pression.

Dans ce cas, tu roules molo (genre vraiment molo !!!), et tu surveilles régulièrement. Je suis un peu maniaque, de ce point de vue là en tout cas. Perso, je vérifie toutes les minutes au début, puis toutes les 5 minutes après, et ensuite tous les 10 km si j’ai un peu de route.

Ou peut être pas finalement…

Donc là, si tu es équipé d’un système de contrôle de la pression des pneus, comme sur la K1300R, tu vas avoir une alarme rouge sur ton tableau de bord. Aujourd’hui, c’est confirmé, tu n’es pas verni.

Bon, dis toi que ça aurait pu être pire, tu aurais pu carrément déchirer ton pneu (n’est-ce pas Rom1)…

Mais te dire ça va pas t’aider à repartir. Alors on va y aller progressivement :

On attaque dans le dur (enfin façon de parler quoi…)

Trouver le trou

Trouver le trou : y a-t-il un corps étranger ou pas ? Pas le choix pour vérifier…

Si tu as une béquille centrale, tu as un peu plus de chance. Tu montes la belle dessus et tu fais tourner la roue jusqu’à trouver le problème. Si tu n’as pas de béquille centrale, tu avances petit à petit ta meule (oui, c ‘est un peu plus galère).

Si tu ne trouves pas de corps étranger, c’est qu’il est parti (ou qu’il est à l’intérieur), et il te faut trouver un trou. Là, c’est plus chiant… Tu peux t’aider d’une bouteille d’eau ou de salive si tu n’en as pas sous la main. Tu verses un tout petit peu d’eau là où tu crois qu’il peut y avoir un trou. Si c’est le cas, cela va faire des petites bulles…

Bingo ! Tu l’as trouvé ! 

Limer, limer, et re-limer le trou

Là on attaque le truc qui la première fois est un peu compliquée psychologiquement à accepter.

Dans ton kit anti crevaison moto, tu dois avoir une espèce de pic à glace (non non… je te vois venir…). La seule différence avec un pic à glace c’est qu’il est rugueux au bout. Et bien tu vas prendre cet outil de torture, et…. Tu vas l’enfoncer fermement dans le trou que tu as trouvé précédemment ! Si si… Pas le choix… Il le faut… 

Au début, tu vas avoir l’impression que tu vas défoncer ton pneu, mais non, tu vas voir…

Alors surtout, tu y vas fermement, un coup sec, et tu limes bien ce fichu trou. Un indice pour savoir quand t’arrêter ? Quand ta lime ne lime plus rien à cause des bouts de gomme qui se sont accumulés…

Préparer la mèche

Allez, le plus dur est derrière toi ! Maintenant tu vas prendre l’autre outil bizarre, qui ressemble à un chas d’aiguille à coudre mais un peu plus gros (enfin beaucoup plus gros même !). Et puis tu vas prendre également une mèche, tu sais cette espèce de truc gélatineux bizarre de couleur marron / ocre / noire.

Tu passes la mèche dans le chas d’aiguille, puis tu l’enduis de la solution de dissolution du caoutchouc qui doit être dans l’espèce de tube de dentifrice que tu as avec ton kit.

Appliquer la solution de dissolution

Toujours avec ton tube de dentifrice, enfin ta solution de dissolution, tu en appliques un peu sur le trou. Pas la peine d’en mettre une tonne, il suffit que tu en mettes quelques gouttes, mais fais-le, ça collera mieux après.

Insérer la mèche

Allez c’est bientôt fini ! Maintenant tu vas prendre l’outil dans lequel tu as inséré la mèche et tu vas faire rentrer celle-ci à fond dans ton pneu. Et là, c’est LE geste technique du bazar 🙂 En retirant l’outil tu lui fais faire des petits tours autour de lui-même ! Comme ça, déjà, il est plus facile à faire ressortir, mais en plus, tu vas bien appliquer le dissolvant partout et tu vas renforcer la mèche. 

Attention de ne pas sortir totalement la mèche ! Il ne faut la sortir qu’à moitié… Et maintenant tu laisses tout ça en plan pendant 5-10 minutes, le temps de te fumer une clope, ou d’appeler ta moitié, ou je ne sais quoi. L’idée c’est de laisser sécher un peu. 

Couper net

Ca y est tu as chronométré et c’est bon ?

Alors maintenant tu prends le dernier outil fourni dans le kit, à savoir la petite lame de cutter ! Tu tires un tout petit peu sur l’outil qui doit encore tenir la mèche et tu coupes au ras du pneu de façon nette !

Et voilà, ta mèche est solidement ancrée dans le pneu, et tu n’as plus qu’à…

Mettre un peu de pression

Et oui.. Normalement ton pneu est totalement à plat là. Donc va falloir lui remettre un peu de pression, et là, de deux choses l’une :

  • soit tu as un mini gonfleur et tu es le roi du pétrole parce que tu vas nous remettre les 2.5 de pression (ou plus ou moins selon ta brèle mais là je peux pas savoir à ta place)…
  • soit tu n’as que les cartouches de CO2 à ta disposition, et tu vas encore galèrer un peu. Une cartouche, ça correspond globalement à 0,2 ou 0,3b de pression… Tu as vite fait le calcul donc ; il faut que tu en mettes 3 grosso modo pour arriver à 0,7b mini de pression, ce qui te permettra de rejoindre la prochaine station service sans bouffer ton pneu 

Le hall of fame de mes crevaisons